Les boîtes d’échange poussent un peu partout

Mobilier urbainDepuis 2012, ces caissettes de troc entre voisins fleurissent à Genève. Le concept s’installe au-delà des frontières du canton.

Dan Acher, organisateur de multiples évènement à Genève. 

© Olivier Vogelsang

Dan Acher, organisateur de multiples évènement à Genève. © Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Huit nouvelles boîtes d'échange entre voisins invitant les passants à déposer et récupérer des objets ont été installées à Genève à la fin de mars. Vingt autres débarqueront bientôt dans le canton et quinze ailleurs en Suisse romande. Retour sur un phénomène en plein essor avec son initiateur, Dan Acher, de Happy City Lab.

D’où a jailli l’idée des boîtes à échange?

Chaque année, je faisais du tri dans mes affaires, puis je déposais les objets dont je voulais me débarrasser sur un muret et j’observais. En 45 minutes, tout était loin. Je me suis demandé comment proposer cette expérience à tout le monde. J’ai récupéré une caissette à journaux et l’ai fait décorer par l’illustrateur Tirabosco. J’y ai placé un peu de contenu pour lancer les échanges, mais très vite les boîtes ont été adoptées par la population.

Vous avez filmé une boîte pleine durant un jour. On y voit de nombreux échanges. Comment s’assurer que le troc continue?

A la minute 2’42’’, on voit une dame sortir le matériel et le ranger. Les gens s’approprient les boîtes et de nouveaux rôles émergent: certains s’assurent qu’il y a du contenu, d’autres que la boîte est en ordre. Aujourd’hui, nous proposons aux habitants d’«adopter» les boîtes et d’être nos relais dans les quartiers où elles se trouvent.

Les boîtes ont-elles connu le même engouement partout?

Si la boîte est située sur une grande artère ou à proximité d’un bar à fêtards, cela fonctionne moins bien que dans les quartiers d’habitation. Nous faisons donc très attention à l’endroit où nous les disposons. A terme, nous avons l’espoir que la boîte d’échange fasse partie du mobilier urbain commun des villes. Et que les gens adoptent le réflexe de donner une deuxième vie à leurs objets.

Créé: 12.04.2015, 17h42

Articles en relation

Catherine Armand: Touch ‘n Dance ! Danse urbaine impromptue

Les blogs de la Tribune Dan Acher est un « artiviste » genevois, pour qui la création de sens passe par l’émotion vécue. Focalisé sur la création de « villes heureuses » (Happy Cities) Plus...

Des pianos en liberté dans tout Genève et en France voisine

Reportage L’opération «Jouez, je suis à vous» a le vent en poupe. Parmi les nouveautés, un instrument a été posé sur une plate-forme flottante, aux Bains des Pâquis. Plus...

Les 45 pianos du Grand Genève en 3 minutes

Performance Un étudiant du Conservatoire de Musique de Genève a testé les 45 pianos mis à disposition du public dans le cadre de la manifestation «Jouez, je suis à vous!». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.