Passer au contenu principal

Boire moins, le nouveau pari contre l’alcoolisme

Plutôt que l’abstinence, la Fédération genevoise pour la prévention de l’alcoolisme prône un nouvel outil pour gérer sa consommation et lance une étude scientifique.

Aux côtés de l’abstinence totale, la méthode de réduction de sa consommation est prônée par la FEGPA.
Aux côtés de l’abstinence totale, la méthode de réduction de sa consommation est prônée par la FEGPA.
Getty Images

«Êtes-vous trop festif avec l’alcool?» demande un tram aux piétons, par le biais d’une publicité géante maculée de traces de vin rouge. Il ne s’agit pas d’une incitation à boire à Annemasse en rentrant par le Léman Express, mais de l’un des visuels de la nouvelle campagne de la Fédération genevoise de prévention de l’alcoolisme (FEGPA). Cette dernière lance en effet une nouvelle approche intitulée «Mes choix alcool», basée sur la régulation personnelle de sa propre consommation. Si certaines associations anti-alcooliques comme les Alcooliques Anonymes (AA) ne soutiennent pas la modération mais prônent plutôt l’abstinence totale comme seul remède (lire ci-dessous), cette nouvelle méthode est susceptible de toucher un plus large public, visant toute personne qui s’interroge sur son rapport à la boisson. Directeur de la FEGPA, Christian Wilhelm relativise: «On orientera plutôt la personne qui ressent le manque dès le matin avec tremblements des mains vers une structure de soins partenaire. Il faut quand même être en mesure de s’investir dans ce programme pour qu’il fonctionne.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.