La bibliothèque du Jardin botanique refleurit

NatureLa rénovation du bâtiment hébergeant l’institut et la bibliothèque du lieu clôt une série de travaux d’embellissement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’émotion était palpable ce vendredi au moment d’inaugurer le bâtiment hébergeant la bibliothèque et l’institut du Conservatoire et Jardin botaniques magnifiquement rénové. L’architecte Christian Dupraz n’a pas caché son «grand plaisir» de voir le bâtiment ainsi remis à neuf. Pendant cinq ans, il a travaillé main dans la main avec son confrère et aîné Jean-Marc Lamunière, qui avait imaginé et conçu cette construction préfabriquée après son retour des Etats-Unis au début des années 60 et qui est décédé l’an passé. «Le bâtiment a été terminé en 1977, c’est un spécimen d’architecture, fait remarquer Christian Dupraz. Mais à l’instar des constructions de l’époque, il n’est pas isolé et l’installation de la climatisation lui a été interdite.»

Au début des années 2000, la Ville de Genève décide donc de rénover ce bâtiment glouton en énergie, où dorment les 120 000 volumes et les collections intégrales de périodiques de sa bibliothèque. «Tout ce qui a été publié en matière de botanique de 1793 à nos jours a été compilé ici grâce à une chaîne de bonne volonté et des personnes responsables», félicite Pierre-André Loizeau, directeur du lieu.

Les autorités municipales pensent à recouvrir le bâtiment d’une cage de verre. Jean-Marc Lamunière intervient pour préserver la forme et les éléments d’origine de son bâtiment et les principes de la construction préfabriquée. Avec le bureau de Christian Dupraz, les architectes travaillent sur les couches de verre, la question de la diffusion de la climatisation, le système de chauffage afin que le site soit alimenté à 100% par des énergies renouvelables. Une demande d’autorisation de construire est déposée en 2009. Le Conseil municipal de la Ville de Genève vote un crédit d’étude la même année.

Puis la famille Varenne rentre dans la danse par le biais d’un fonds spécial issu de la donation de ses parents. Un fonds de 30 millions de francs qui a, depuis 2010, servi à construire un dépôt central sécurisé pour l’herbier, à rénover le bâtiment d’accueil du public et la console du Jardin botanique. «Nous sommes loin du projet initial, mais nous sommes sûrs que c’est ici l’aboutissement de ce que nos parents auraient désiré», a déclaré Nancy Varenne-Brunot, entourée d’une délégation familiale. Et de rappeler que ce fonds se substitue au souhait de ses aînés de léguer cent quatre tableaux au Musée d’art et d’histoire, une volonté qui n’a pu être exaucée.

Au terme de cinq ans de travaux, la Ville a payé 6,8 millions pour la rénovation de l’institut et de la bibliothèque, la famille Varenne près de 3 millions. Sami Kanaan, conseiller administratif municipal en charge de la Culture, a profité de l’occasion pour saluer cet exemple de mécénat sans contrepartie. «Les privés ont toujours reconnu en la Ville de Genève un partenaire fiable et compétent, qui a les ressources et la motivation pour entretenir ses bâtiments, valoriser les collections et les partager avec le public.» (TDG)

Créé: 13.05.2016, 21h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...