Passer au contenu principal

A Berne, le dîner du Conseil d’Etat ne sera pas complet

En déplacement à Berne, les Autorités cantonales invitent mardi soir la députation genevoise. Les Verts et l’UDC manqueront à l’appel.

«Mardi, c’est le dernier moment pour aller chercher des voix pour Pierre Maudet et on ne les trouvera pas en mangeant avec des Genevois», estime Robert Cramer.
«Mardi, c’est le dernier moment pour aller chercher des voix pour Pierre Maudet et on ne les trouvera pas en mangeant avec des Genevois», estime Robert Cramer.
Lukas Lehmann

La possible élection d’un conseiller fédéral genevois donne des ailes au Canton. Ses autorités se rendront in corpore à Berne dès mardi, y compris la chancelière Anja Wyden Guelpa. Au programme ce jour-là, séance photo avec la presse et repas du soir rapide avec les élus nationaux, pas plus d’une heure, fait-on savoir.

Les 13 conseillers aux Etats et nationaux invités ont-ils répondu présent? Pas tous. Quatre manquent à l’appel: les Verts avec le conseiller aux Etats Robert Cramer et la conseillère nationale Lisa Mazzone et l’UDC avec leurs deux élus au Conseil national, Yves Nidegger et Céline Amaudruz. Un boycott? Pas du tout, rétorquent les intéressés. «Mardi, c’est le dernier moment pour aller chercher des voix pour Pierre Maudet et on ne les trouvera pas en mangeant avec des Genevois», explique Robert Cramer. Lisa Mazzone sera… à Genève «pour un débat dans le cadre de la semaine de la démocratie prévu de longue date.» Son thème ne s’invente pas: il s’agit des élections par tirage au sort! Pas de boycott vert donc, même si l’élue s’interroge: «Que le Conseil d’Etat se déplace pour soutenir un candidat genevois le mercredi au moment de l’élection est bien normal. Qu’il vienne un jour avant, c’est curieux.» A l’UDC, Yves Nidegger a une audience prévue à Genève et Céline Amaudruz des réunions politiques. «Nous avons été prévenus assez tard de cette rencontre», explique cette dernière, qui nie tout boycott. Que pense le Canton de ces diverses explications? Il note simplement que seul «Robert Cramer a indiqué à François Longchamp être sincèrement désolé de ne pouvoir être présent, étant retenu par une autre obligation.»

Sur le fond, ce n’est pas la première fois que le gouvernement se déplace lorsque le parlement fédéral se prononce sur l’élection d’un Genevois. «Le 4 décembre 2002, explique sa porte-parole, Florence Noël, il avait annulé sa séance pour se rendre à Berne et assister à l’élection à laquelle Mme Calmy-Rey était candidate. En septembre 2009, une délégation du Conseil d’Etat composée de David Hiler, François Longchamp, Robert Cramer, Pierre-François Unger et Mark Muller, ainsi que du chancelier d’Etat Robert Hensler, s’est rendue à Berne la veille de la candidature de Christian Lüscher.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.