Passer au contenu principal

Belle et discrète, l’église luthérienne a 250 ans

Privé de clocher et dissimulé dans une maison bourgeoise, le temple du Bourg-de-Four ouvre ses portes ce week-end.

Pour les protestants, la tolérance religieuse est passée par l’acceptation de leur propre diversité. La construction du temple luthérien au Bourg-de-Four en témoigne. Placé entre la rue de la Fontaine et la rue Verdaine, c’est le premier lieu de culte non calviniste construit après la Réforme à Genève, en 1766. A l’occasion de son 250e anniversaire, l’Eglise luthérienne ouvre ses portes et organise diverses manifestations (lire encadré) ce week-end.

La tolérance intraprotestante ne s’est pas construite en un jour! «Au départ, explique Andrea Leser, architecte et membre de la paroisse, le bâtiment a été autorisé à la condition qu’il ne ressemble pas à une église.» Dans les autorisations d’époque, on se garde bien de parler d’église, on préfère évoquer une «Maison pour y faire le culte», nuance. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui encore, le bâtiment ne comporte ni clocher, ni clocheton, et ressemble simplement à une maison bourgeoise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.