Passer au contenu principal

Policiers, samaritains et pompiers volontaires patrouilleront ce weekend

La répression mais aussi la prévention sont renforcés. Mauro Poggia demande aux Genevois de ne pas sortir, sauf besoin impératif. Il craint une reprise de l'épidémie.

Sortir de chez soi augmente la propagation du virus.
Sortir de chez soi augmente la propagation du virus.
Laurent Guiraud

«Restez chez vous». Mauro Poggia l'a martelé ce vendredi après-midi lors d'une conférence de presse. Il somme les Genevois de ne pas sortir ce week-end, sauf pour des motifs impérieux tels que faire ses achats. Le conseiller d'État craint que les Genevois se ruent aux bords du lac et des cours d'eau, créant des attroupements favorables à la propagation du virus. Or, c'est un week-end «décisif en termes de conséquences sur l'évolution de la pandémie COVID-19». Par conséquent, un dispositif préventif et sécuritaire spécial sera mis sur pied.

«Il ne faut pas baisser la garde, a insisté le magistrat. Dans quinze jours, nous récolterons les fruits de notre comportement de ce week-end.»

Mauro Poggia a rappelé la situation il y a deux semaines. Genève comptait quatre morts (72 aujourd'hui), 50 personnes hospitalisées (350 aujourd'hui) et 10 patients aux soins intensifs (65 aujourd'hui).

«La situation est grave, a-t-il poursuivi. Ce qui a été mis en place a permis de contenir la propagation, mais les résultats sont alarmants.» Marc Niquille, chef d'état major du plan ORCA (organisation des secours en cas de catastrophe et de situation exceptionnelle), ajoute: «L'activité des soins intensifs a doublé et met l'entier du système de santé sous pression. Pour l'instant, la situation sanitaire est sous contrôle et la population agit dans le bon sens. Mais le confinement devient difficile à supporter, les gens ont envie de sortir. Or nous sommes à un moment charnière! Il faut absolument continuer à jouer le jeu car c'est ça qui permettra de stopper la propagation de l'épidémie.»

Surveillance par drones

Les pompiers volontaires et les samaritains ont été mobilisés pour un volet axé sur la prévention et l'information. Ils sillonneront le canton - ville et campagne - pour informer les gens sur les risques qu'ils encourent et leurs responsabilités. Désormais, même dans les rassemblements de moins de cinq personnes la distance de 2 mètres doit être respectée. La police sera aussi présente, pour le volet répressif, prête à infliger des amendes.

Mauro Poggia a aussi annoncé que des drones surveilleront certains endroits de la campagne. «Il ne faut pas croire que des gens pourront se cacher pour se réunir en grand nombre,» a-t-il encore prévenu.

Depuis le 19 mars, 413 amendes ont été infligées à des personnes qui ne respectaient pas les mesures sanitaires, telles que la distance de 2 mètres entre chaque personne et l'interdiction de rassemblement de plus de cinq personnes. Enfin, sept établissements, qui avaient été ouverts clandestinement, ont été fermés et une personne a été arrêtée.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.