Passer au contenu principal

Bataille idéologique autour de la construction à Genève

Un projet immobilier aux Délices relance le débat sur la manière dont la Ville doit se développer.

Hôtel de ville, le conseil municipal.
Hôtel de ville, le conseil municipal.
Laurent Guiraud

Construire, oui mais comment? Mais surtout à quel prix et pour quels sacrifices? Voilà l’enjeu des débats qui ont animé hier soir la séance du Conseil municipal de la Ville de Genève. Et qui porte pourtant sur un projet immobilier de taille modeste dans le quartier des Délices.

Trois opposants et autant d’idéologies s’affrontent pour trois variantes différentes. D’un côté, le Conseil d’Etat milite pour la construction de trois immeubles, 36 logements au total dont 23 en loyer libre. De l’autre, l’association Sauvons les Petits-Délices ne veut pas entendre parler de la destruction d’une villa hébergeant aujourd’hui une école privée. Ni d’une «surdensification» de leur quartier. Reste la Ville, qui tente de ménager la chèvre et le chou. Comment? En voulant classer certaines parcelles en «périmètre d’intérêt public» et en limitant la hauteur d’érection des immeubles. Conséquences: seulement 20 logements créés contre 36 pour la version cantonale mais le sauvetage de l’école et d’un espace vert.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.