Passer au contenu principal

Les banques sont les cancres de l’égalité salariale

À Genève, les hommes gagnent chaque mois 3000 francs de plus que les femmes dans la finance, soit un écart de 23,7%! Classement dans les différents secteurs d’activité.

Lucien Fortunati / Archives
Cliquer sur le tableau pour l'agrandir
Cliquer sur le tableau pour l'agrandir

Trente-huit ans après l’inscription de l’égalité salariale entre hommes et femmes, ce principe élémentaire reste lettre morte… rentes péjorées à la clé!» constate Brigitte Mantilleri, directrice du service égalité de l’Université de Genève (UNIGE) en ce jour de nouvelle grève des femmes. Le 14 juin 1991, un demi-million d’entre elles étaient déjà descendues dans la rue pour combattre les discriminations de genre qui persistent. Et elles sont bien réelles, au vu des dernières conclusions du World Economic Forum (lire ci-contre). Selon cette organisation internationale, il faudra 108 ans au rythme actuel pour combler la majorité des disparités entre les genres, et 202 ans pour parvenir à la parité professionnelle. À commencer par les différences salariales, qui s’expliquent largement par le fait que les femmes occupent plus souvent des postes à temps partiel, mènent des carrières professionnelles fréquemment interrompues (maternités) ou sont amenées à choisir des secteurs moins bien rémunérés.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.