Un improbable coin de paradis à l’ombre des Avanchets

Balade du week-endA un jet de l’aéroport, coincés entre trois artères et des immeubles, villas et chalets font de la résistance.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vite, vite! Le froid arrive et les arbres se déplument. Pour goûter encore aux palettes de l’automne, du vert tendre de certaines pelouses à l’écarlate des rares feuilles d’érable encore vigousses, il faut se dépêcher. Comme Genève possède une vraie richesse végétale, il y a l’embarras du choix. Le nôtre se porte ce jour sur un coin oublié. Sur ces îlots de maisons qui résistent aux artères, barres d’immeubles, voies de chemin de fer et autres aéroport. A Cointrin, dans la commune de Meyrin, un étroit triangle lutte à l’ombre des Avanchets, coincé entre l’autoroute de contournement, la large avenue Casaï et l’infranchissable route de Meyrin. De surcroît, on est tout proche de l’aéroport. Et pourtant…

Richesse végétale

L’endroit est tout petit. Cinq chemins ou même portions de chemins. On les traverserait sans s’en rendre compte. Dommage! Au contraire, arpentez-les doucement. Goûtez d’abord les couleurs. Celles de l’automne finissant, bien sûr. Côté végétal, toutes les teintes y sont, avec une mention spéciale pour les orangés. Mais ne manquez pas le rond-point de l’arbre mort, entre les chemins du Ruisseau, des Ailes et Agénor-Parmelin. Etonnant. A vous aussi de trouver les joncs, le palmier et cette haie de thuyas taillée en forme de colline… Des curiosités, il y en a d’autres. Tiens, cette colonne d’essence dieso-shell avec son célèbre coquillage, trônant devant une villa cossue du chemin du Ruisseau. On l’imagine venue en droite ligne des routes américaines, années 60. Mais est-elle d’origine? Mystère. Ou ces deux constructions miniatures: une villa posée dans le jardin de sa copie conforme grandeur nature, et ce minichalet avec roue à aubes. L’originalité se glisse aussi dans les noms mêmes de deux des cinq chemins. Ainsi, ceux du Ruisseau et de l’Avanchet désignent un seul et même nant: l’Avanchet. Vous ne le voyez pas? Non, il est souterrain depuis belle lurette. Mais il court néanmoins le long de l’autoroute – un tantinet bruyant selon où l’on se situe. Après un joli périple dans les profondeurs, le timide ruisseau finira sa course à l’air libre en se jetant dans le Rhône, du côté du Bois de la Grille, à Vernier. Tiens, une devinette: dans quelle commune se love votre petit coin de paradis du jour? Genève, Vernier, Le Grand-Saconnex? Perdu. Vous êtes à Cointrin, commune de Meyrin, mais de l’autre côté de l’aéroport dont le chemin des Ailes rappelle la proximité. Tout comme celui d’Agénor-Parmelin fait référence à un pionnier de l’aviation du siècle dernier (lire encadré).

Le bois de la chapelle

L’aménagement du bâti est lui aussi particulier. Ici des maisons toutes simples, là des villas avec grilles en fer forgé, et de grands chalets. L’un d’eux, chemin de l’Avanchet, offre le coup d’œil le plus déroutant: derrière lui, menaçantes, prêtes à l’écraser, se dressent les barres multicolores de la cité des Avanchets. A noter aussi, au bout de la rue, cette bâtisse dont le jardin accueille quelques statuettes exotiques. Normal: il s’agit du centre bouddhiste international de Genève. Puisqu’on parle religion, vous ne devez pas manquer de pousser la porte de la chapelle de Cointrin. Extérieur classique, mais intérieur remarquable. Une architecture en forme de coque de bateau renversée, des poutres travaillées, des statues délicatement peintes… Ici, rien n’est agressif, tout est en rondeur. Et en bois. Sauf, bien sûr, des vitraux originaux qui laissent passer une lumière douce et, tels les feuillages que nous venons de quitter, chaudement orangée. C’est ici que se réunissent notamment les fidèles de la mission catholique hongroise de Genève. Assurément, ils ont de la chance… Le triangle de Cointrin réserve des contrastes, des curiosités et une nature encore belle pour cet automne finissant. Ci-dessus, ce chalet du chemin de l’Avanchet qui voit fondre sur lui les barres de la cité des Avanchets. Ci-dessous, la colonne à essence du chemin du Ruisseau. En haut à droite, l’intérieur boisé de la chapelle de Cointrin. En dessous, deux frères végétaux; l’un va se déplumer pour l’hiver, pas l’autre.

Créé: 21.11.2014, 15h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.