Passer au contenu principal

Baisse de la fiscalité des entreprises: face à Sandrine Salerno, la droite reste ferme

La cheffe des Finances socialiste veut convaincre les élus de lâcher du lest sur les futurs budgets en raison de RIE III. Réactions.

«Ce que nous demande Sandrine Salerno, c’est un blanc-seing pour que nous lui votions ses budgets dans les années à venir. La réponse est non», tonne le PLR Simon Brandt
«Ce que nous demande Sandrine Salerno, c’est un blanc-seing pour que nous lui votions ses budgets dans les années à venir. La réponse est non», tonne le PLR Simon Brandt
Laurent Guiraud

Comment la droite municipale réagira-t-elle aux demandes de Sandrine Salerno, magistrate socialiste en charge des Finances à la Ville de Genève? Dans une interview parue dans nos éditions de lundi, la conseillère administrative défendait, malgré quelques réserves, le projet de baisse de la fiscalité des entreprises (RIEIII) présenté la semaine dernière par le Conseil d’Etat. Parmi les points positifs, elle relève la suspension du frein au déficit, qui permettra aux communes, durant cinq ans, de présenter des budgets déficitaires. Une décision qui aiderait la Ville à absorber des pertes importantes, estimées entre 50 et 55 millions à l’horizon 2019.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.