Passer au contenu principal

Avocate et associée, elle plaide l’égalité des genres

Me Annette Micucci soulève le paradoxe d’une profession majoritairement embrassée par des femmes, qui peine à leur accorder des responsabilités.

Annette Micucci.
Annette Micucci.
Georges Cabrera

Dans la branche, elle incarne la jeunesse qui a su s’imposer malgré les astres. Mais auprès du grand public elle reste méconnue. Me Annette Micucci a terminé jeudi un mandat de deux ans comme premier secrétaire du Jeune Barreau de l’ordre des avocats, elle est associée d’une étude, Merkt Associés, depuis ses 30 ans… c’est une femme. Des premiers secrétaires féminins, il n’y en a pas eu plus de trois avant elle. Les associées à un si jeune âge sont tout aussi rares. Notre Genevoise est une exception.

C’est dans un salon léché de son étude, où les œuvres d’art contemporaines sympathisent avec un parquet en bois, qu’elle nous reçoit le 8 mars. L’égalité des genres est une cause chère à cette incarnation d’un paradoxe: à la Faculté de droit de l’UNIGE, on compte presque deux fois plus de filles que de garçons (un record, voir infographie) et parmi les avocats stagiaires, près des deux tiers sont des filles.

Mais après ça ne suit pas: seuls 17% des associés du canton sont de sexe féminin. «Il faut réfléchir à l’instauration d’un vrai congé paternité, rendre possible le fait d’être associé à mi-temps, se répartir les coûts d’un arrêt dû à une grossesse», lance-t-elle. Ces deux dernières années, Me Micucci s’est attaquée à un autre défi grandissant du secteur: la pénurie de places d’avocats stagiaires. Plus de 260 jeunes cravachent à l’École d’avocature (ECAV) pour tout juste 200 places au bout du lac.

Un rapport indique que près d’un tiers des stagiaires ne se destine pas à devenir avocat. «Créer une école spécialisée pour les juristes d’entreprise et permettre de réserver les places de stage à celles et ceux qui se destinent à exercer réellement la profession d’avocat pourrait être une solution», dit-elle. Depuis le 1er février, le respect de la charte du stage par les membres de l’Ordre est obligatoire, ce qui garantit aux stagiaires un salaire minimum de 3500 francs par mois. Une victoire pour cette femme de combat.

Sa première jeunesse, elle la vit à Florissant avec sa sœur, son père italien et sa mère danoise (elle parle couramment les deux langues). Annette étudie à la Florence, puis à Claparède. Elle joue au tennis, aime peindre. «Elle vient de commencer des cours de céramique mais elle a dû annuler la première leçon à cause d’une obligation liée à l’Ordre», relève Hadrien Mangeat, un ami d’enfance membre du comité. À Fribourg, où elle a fait ses études, elle chapeaute une association d’étudiants. Et siège au sein du comité d’une ONG, OneAction. En 2015, mariage à Villars.

Être premier secrétaire? «J’y ai consacré 35 à 40% de mon temps, c’est plus que ce que j’avais imaginé, mais je le referais sans hésiter si c’était à refaire.» Son comité se réunit tous les quinze jours, des conférences sont données chaque troisième lundi du mois, les séances régulières. Sans compter l’apéritif du mois, les exercices oratoires – un procès fictif dans lequel Vincent Kucholl est mis en accusation se tiendra à la fin du mois d’avril – et le week-end de ski arrosé en hiver.

Un poste qui exige le soutien de ses associés. «Merkt, c’est ma première maison», dit-elle. On l’a tour à tour vue représenter un passager en attente percuté par le rétroviseur d’un bus, un contractuel agressé par un ouvrier mécontent de sa bûche, un as du cambriolage qui se faisait passer pour un réparateur d’air conditionné pour s’approcher des bijoux, un ex-policier qui a tiré au fusil sur la porte de son voisin ou des trafiquants de cocaïne. Elle travaille souvent de pair avec son associé, Romain Jordan. «C’est une profession conflictuelle, difficile à exercer seul, c’est aussi pour ça qu’on se voit en dehors.»

Jeudi, le premier secrétaire a cédé sa place à Me Nicolas Gurtner, seul candidat à sa succession. Mais Me Micucci reste active, du comité du Jeune Barreau à la Commission de formation permanente de l’Ordre, et occupée. Son mari est prévenu.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.