Un avion présidentiel séquestré à Genève a pu décoller

JusticeLe Boeing de Guinée équatoriale s'est envolé ce jeudi, 510 jours après avoir été immobilisé à Cointrin.

L'avion présidentiel de Guinée équatoriale a été séquestré en juin 2017 à Cointrin.

L'avion présidentiel de Guinée équatoriale a été séquestré en juin 2017 à Cointrin. Image: Jeremy Denton

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'avion présidentiel de la Guinée équatoriale séquestré à Cointrin depuis un an et demi a finalement pu décoller ce jeudi. Le Boeing 737 était immobilisé dans le canton depuis le 20 juin 2017, dans le cadre d'une procédure civile lancée par Orange.

À l’époque, le groupe de télécommunications invoque une créance impayée pour faire saisir l'appareil mais aussi une maison à Cologny appartenant à l'Etat d'Afrique centrale. Le gouvernement de Malabo (la capitale équato-guinéenne) doit depuis plusieurs années près de cent millions d'euros à la multinationale française.

Longue procédure en justice

Ces deux saisies ouvrent une procédure compliquée. Le Tribunal de première instance du canton commence par révoquer l'ordonnance du séquestre. Mais Orange dépose un recours, qui sera rejeté. La Cour de justice genevoise estime en effet que la créance n'a pas assez de liens avec la Suisse.

Peu importe, selon les juges, que Malabo ait signé avec Orange, à Genève en 2017, un accord pour le remboursement de sa facture et que l’appareil se trouve sur sol helvétique, le fond du litige ne concerne pas la Suisse.

En décembre 2017, Orange fait à nouveau recours, au Tribunal fédéral. Selon ses avocats, la justice s'appuie sur la jurisprudence et non sur les lois. Commence alors une longue attente.

Notre enquête sur la présence de la famille Obiang à Genève

Les juges de Mon-Repos n'auront finalement pas à se prononcer car Orange et Malabo ont réussi à s'entendre, a appris la «Tribune de Genève». Un accord à l'amiable trouvé avant que le Tribunal fédéral ne rende sa décision. Contactés, les avocats des deux parties n'ont pas souhaité faire de commentaires.

Le Boeing, numéro d'immatriculation 3C-EGE, est parti jeudi vers 11 heures en direction de Hambourg, où il doit être révisé par le groupe Lufthansa Technik. Un jet équato-guinéen a effectué un aller-retour à Genève en début de semaine pour y déposer des pilotes.

Trois instructions liées à la Guinée équatoriale

Ces séquestres n'ont rien à voir avec la procédure pénale, en cours, ouverte par le Ministère public contre le fils du président équatoguinéen et actuel vice-président, Téodorin Obiang, pour blanchiment d'argent en Suisse. Une enquête qui a mené à la saisie de nombreuses voitures de luxe. Les procureurs collaboreraient dans ce cadre avec la justice espagnole, selon le site d'informations judiciaires Gotham City. Un marchand d'armes prévenu pour blanchiment d'argent du pétrole de Guinée équatoriale aurait en effet six comptes bancaires en Suisse.

Cette affaire n'a aucun lien non plus avec une autre instruction pénale ouverte cet été contre le petit frère de Téodorin, Justo Obiang, qui a détruit en juillet une voiture de police et blessé des passants en sortant de sa résidence à Anières. Justo Obiang, qui serait malade, a été hospitalisé à Belle-Idée le 24 octobre dernier. (TDG)

Créé: 08.11.2018, 15h19

Articles en relation

Un séquestre de voitures de luxe vire au casse-tête

Affaire Obiang Des bolides saisis en 2016 par la justice genevoise, mal entretenus, se sont dépréciés. L’instruction contre le vice-président équato-guinéen coûte cher au contribuable. Plus...

Un fils Obiang détruit une voiture de police à Anières

Genève Au tour de Justo, frère de Teodorin, d’être poursuivi sur le plan pénal par le Ministère public genevois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...