L’avenir du stade est au cœur du débat

Relégation du Servette FCL’Etat pourrait accorder à Servette un loyer à prix cassé, mais il exige en retour la transparence comptable du club.

Le Stade de Genève à la route des Jeunes.

Le Stade de Genève à la route des Jeunes. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que faire d’un stade de 30 000 places avec une équipe de troisième zone? La relégation des Grenat aiguise un débat lancinant. Le Grand Conseil discutera jeudi d’une motion votée à l’unanimité en Commission de contrôle de gestion. Elle appelle le gouvernement à considérer l’arène de La Praille comme étant d’utilité publique, à y investir pour des travaux et à soutenir le fonctionnement courant de la Fondation qui chapeaute le stade. La motion exige la «transparence des locataires», en cas de tarifs préférentiels.

Combien ça coûte? «Les estimations vont de 1,5 à 2 millions de francs pour le fonctionnement, répond le député UDC Christo Ivanov, vice-président de la commission et premier signataire du texte. Les investissements ont été jaugés à 5,6 millions mais devraient être revus à la baisse, certaines exigences de la Ligue n’étant plus d’actualité. Si cette motion est votée, le Conseil d’Etat devra enfin faire son boulot!»

Des cadeaux et des conditions

L’Exécutif est-il resté oisif? Conseillère d’Etat chargée des Sports, Anne Emery-Torracinta énumère les actions entreprises. «L’Etat continuera à soutenir la formation de la relève sportive, dispensant le club de ces frais, dit la socialiste. Le Conseil d’Etat a reconnu l’utilité publique du stade et compte y faire des travaux d’entretien qui doivent être évalués et lissés dans le temps. Soutenir financièrement un club professionnel n’est pas notre rôle, mais on pourrait réfléchir à l’octroi d’un loyer favorable pour l’usage du stade, inférieur aux coûts d’exploitation. Cela ne peut se faire que si le club ouvre ses comptes, comme on l’exige de toute instance subventionnée.» Et ce serait aux députés de trancher.

Dans les faits, la fondation qui contrôle le stade a déjà «fait grâce» du paiement dû par Servette pour le premier semestre, soit 75 000 francs, révèle son président, Laurent Moutinot. «Ce stade est statutairement dévolu au football, essentiellement au Servette, et ces buts ne vont pas changer, poursuit-il. Il faudra discuter avec Servette des conditions dans lesquelles l’équipe continuera à y jouer, en tenant compte de sa relégation dans une ligue inférieure.» Et d’ébaucher des pistes pour pérenniser la structure: accueil de matches de l’équipe suisse, pose d’un gazon artificiel pour accueillir plus de parties, comme des finales scolaires.

La motion parlementaire ébauche la piste d’un financement par un partenariat avec des investisseurs privés. Pour Christo Ivanov, les communes, en particulier la Ville, pourraient aussi contribuer. Magistrat chargé des Sports en Ville de Genève, Sami Kanaan décline: «Dans le cadre du désenchevêtrement des tâches entre le Canton et les Communes, l’Etat juge que ce stade est d’importance régionale, réplique-t-il. Il n’est pas sur notre sol.» Arguments supplémentaires: en 2005, le peuple de la Ville a refusé à 73% un crédit pour le stade et la Commune investit déjà beaucoup dans le sport.

Une opacité fustigée

Si le sort de Servette attriste, l’attitude de son patron Hugh Quennec est critiquée. «Cette relégation est un gâchis qui aurait pu être évité s’il ne s’était pas montré aussi hermétique à certaines offres, juge Sami Kanaan. Il a fait beaucoup pour le sport, mais il n’aime ni partager le pouvoir ni montrer ses comptes.»

«Certains investisseurs potentiels n’avaient peut-être pas les meilleures intentions, mais il y avait aussi de vieux militants du club qui se sont fait opposer une fin de non-recevoir, enchaîne Laurent Moutinot. Ce club nécessite désormais une structure plus ouverte et transparente, notamment sur le plan financier, et doit cesser de croire aux hommes providentiels, car la même histoire se répète sans cesse.»

Créé: 01.06.2015, 19h53

Articles en relation

«Il y a un trou de 5 millions. Et aucune proposition sérieuse»

Football Le président du Servette FC relégué ce matin, Hugh Quennec, donne sa vérité de la situation. Plus...

Laurent Moutinot: «Je suis triste pour Servette»

Relégation Le président de la Fondation du Stade de Genève réagit aux déconvenues des Grenat. Plus...

Servette est officiellement mis sur la touche par la Ligue

Football Comme nous l'annoncions hier en exclusivité, le club grenat est relégué en première ligue promotion. La faillite menace Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.