Le PSG, le Bayern ou Arsenal pour un tournoi de jeunes à Genève

ManifestationPartie de rien, la CSI Talent Cup réunit désormais les meilleurs clubs du continent. Une folle aventure nourrie par la passion.

Finale 2018 de la CSI Talent Cup: la frappe du jeune joueur du PSV Eindhoven ne franchira pas le mur dressé par l’Atalanta Bergame. Les Italiens s’imposeront et remporteront le tournoi.

Finale 2018 de la CSI Talent Cup: la frappe du jeune joueur du PSV Eindhoven ne franchira pas le mur dressé par l’Atalanta Bergame. Les Italiens s’imposeront et remporteront le tournoi. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’histoire est belle. À la limite, presque un peu folle. Ce week-end des 16 et 17 février, le Centre sportif du Bout-du-Monde va briller de mille feux. Enfin, plutôt des feux follets. Vingt-quatre équipes de U11, soit des jeunes footballeurs de 10 et 11 ans, vont s’affronter. Encore un petit tournoi régional? Vous n’y êtes pas du tout. Créée en 2012, la CSI Talent Cup (CSITC) accueille aujourd’hui les plus grands clubs professionnels européens!

Vous en doutez? Alors voyez le plateau: Bayern Munich, Arsenal, Paris Saint-Germain, Olympique Lyonnais et Olympique de Marseille, Porto, Inter Milan, Feyenoord… N’en jetez plus, la coupe est pleine! Enfin, pas tout à fait. «Pour la première fois, un club chinois, le Beijing Yueye FC, sera présent», glisse Fabio Burgener, responsable médias de cette manifestation qui, en quelques années, a littéralement explosé.

La genèse en 2011

Comment un modeste club amateur genevois, le CS Italien, a-t-il réussi ce tour de force? On le doit à une petite équipe de passionnés. Laissons raconter Marco Longo, coprésident de la CSITC. Le bonhomme est inarrêtable! Il donnerait le tournis aux meilleurs défenseurs du Calcio.

«Tout commence en 2011, quand le président du club, Elvio Antonili, me demande de prendre sa place. Je m’adjoins alors un président juniors, Olivier Indanda. Les statuts du CS Italien stipulent qu’il faut organiser chaque année trois tournois juniors, afin de ramener quelques sous dans les caisses.» Mais Olivier Indanda vise tout de suite haut. Il veut la présence d’équipes internationales, et même professionnelles. Pour la première édition, en 2012, l’Olympique Lyonnais et le PSG répondent à l’appel. L’histoire est en marche. Elle va s’accélérer…

Le rythme s'accélère

«À la fin du tournoi, l’entraîneur de l’OL était certes content de l’organisation, mais il m’a avoué qu’il aurait aimé une compétition plus relevée», poursuit Marco Longo. Manifestement, la présence du Servette FC et de très bons clubs suisses, aux côtés de plus petites équipes genevoises, ne suffit pas à ces «grosses pointures».

Alors, tout va aller très vite. En 2015, les jeunes footballeurs de la Juventus, de l’Ajax Amsterdam, de l’Atalanta Bergame ou encore du Slavia Prague foulent le sol de la salle de gym de l’École de culture générale Henry-Dunant. Qui, bientôt, ne suffit plus à accueillir ce plateau de plus en plus prestigieux. La compétition va prendre la direction du Bout-du-Monde.

Les chiffres s'affolent

Financièrement, ça déborde aussi. «Il faut s’imaginer que le budget de la première édition se montait à 10 000 francs. J’avais même dit au comité que j’assumerais seul les pertes. Heureusement, il n’y en a pas eu, rigole Marco Longo. Aujourd’hui, le budget atteint 200 000 francs! La CSITC est même devenue une association à part entière, totalement indépendante du CS Italien.»

Le tableau d’affichage, lui, s’affole. Désormais, trois tournois qualificatifs – organisés à Genève, en France et au Kosovo – permettent à quelques clubs moins huppés de rejoindre le tournoi principal. En tout, cela représente près de 100 clubs et des centaines de matches pour plus d’un millier de joueurs.

En deux jours, l’édition 2018 a vu affluer 4500 spectateurs au bord de l’Arve. Quelque 200 bénévoles seront mobilisés ce week-end, durant lequel le Servette FC a invité tous les participants et familles d’accueil à venir voir jouer sa première équipe (contre Wil) le samedi soir. Des cérémonies d’ouverture (vendredi soir à l’Event Center de l’hôtel Ramada Encore, à la Praille) et de clôture sont prévues. Quant aux équipes, entièrement prises en charge par l’organisateur, elles logent soit à l’hôtel, soit à la Cité universitaire ou encore… dans des familles d’accueil.

Une aventure humaine

Car malgré tout, la CSITC est demeurée une aventure humaine. «On y tient, relève Marco Longo. D’où les familles d’accueil, qui prennent en charge deux jeunes d’une équipe. Les clubs genevois qui nous rejoignent suite au tournoi qualificatif doivent aussi en fournir, c’est une condition.»

La CSITC offre également la chance à des enfants de petites équipes d’affronter des jeunes évoluant déjà dans une structure professionnelle. «C’est une occasion incroyable pour eux. Même si, en général, ils n’ont aucune chance de gagner», sourit Marco Longo.

Enfin, malgré l’ampleur du budget, l’entrée aux matches du tournoi – élu manifestation de l’année 2017 par la Ville et le Canton de Genève – demeure gratuite. Cela méritait d’être relevé ici. / Xavier Lafargue

CSI Talent Cup 7e édition, au Centre sportif du Bout-du-Monde, samedi 16 (8 h 30-18 h 30) et dimanche 17 février (8 h-16 h)

Créé: 13.02.2019, 07h28

Quand l'histoire est encore plus belle

Outre son succès grandissant, la CSI Talent Cup, c’est aussi de merveilleuses histoires.

Kosovo Pourquoi l’un des trois tournois qualificatifs se déroule-t-il au Kosovo? «On le doit à l’ancien président du club genevois du FC Kosova, souligne Marco Longo. Il voulait offrir quelque chose aux enfants de son pays. C’est lui qui a monté le tournoi là-bas. Il finance entièrement le déplacement de l’équipe qui le remporte, et offre en plus des équipements complets.»

Deportivo La Corogne «Si ce grand club espagnol participe à l’édition 2019, c’est grâce à Carlos Rodriguez. Chauffeur bénévole pour le CSITC, il s’est occupé de tous les contacts et a trouvé des sponsors pour financer leur venue. Il a aussi organisé les familles d’accueil pour les joueurs.»

Beijing Yueye Une équipe chinoise à Genève, c’est une première. «Étoile Carouge a fait un séjour chez ce club partenaire de l’Olympique Lyonnais. L’entraîneur carougeois ira lui-même accueillir l’équipe à sa descente d’avion à Genève et la prendra en charge jeudi.»
X.L.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...