Quel avenir pour l’actuelle Comédie?

Ville de Genève La conseillère municipale PS Albane Schlechten propose de confier ce bâtiment à une structure associative.

Et si, après 2019, la Comédie devenait un lieu festif accessible à tous?

Et si, après 2019, la Comédie devenait un lieu festif accessible à tous? Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A l’heure où la nouvelle Comédie sort de terre se pose la question du sort de l’actuelle Comédie une fois le rideau tiré, soit en 2019. A travers une motion déposée à la fin de juin devant le Conseil municipal, la socialiste Albane Schlechten propose que le bâtiment se transforme en «un lieu festif et accessible à tous à Plainpalais».

Pour soutenir son projet, elle cite l’étude «Genève, la nuit – Stratégie territoriale pour la vie nocturne, culturelle et festive», présentée le 20 juin par les conseillers d’Etat Anne Emery-Torracinta et Antonio Hodgers. «L’étude en question a ciblé des lieux susceptibles d’être l’objet de projets pilotes. La Comédie en fait partie», indique Albane Schlechten.

L’exemple du Terreau

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’une telle reconversion de la bâtisse est envisagée. En février 2010 déjà, les Verts proposaient de mettre le bâtiment «à la disposition de l’Union des espaces culturels autogérés lorsque celui-ci sera vide». Moins radicale, la proposition de l’élue PS s’appuie notamment sur l’exemple du partenariat entre les autorités et le collectif de jeunes gérant la salle du Terreau. «Une réussite», témoigne Adrien Rufener, trésorier du Collectif pour une vie nocturne riche, vivante et diversifiée. «Nous enregistrons des réservations plusieurs mois à l’avance. Et les soirées attirent beaucoup de monde.»

Le collectif, qui s’est vu confier la salle suite à une pétition, imagine réitérer l’expérience dans d’autres lieux. «A ce stade, on ne sait pas si la Comédie pourrait être l’un d’eux. Nous n’avons pas approfondi la question, indique-t-il. Mais l’idée d’une gestion associative d’espaces mutualisés recèle un potentiel à exploiter.»

Dans cet esprit, Albane Schlechten propose, pour la Comédie, une sorte de «contrat de confiance nouvelle génération». Elle signale que l’Université s’est montrée intéressée. «A Genève, il n’y a pas de véritable campus. La Comédie est centrale et pourrait jouer ce rôle d’accueil, offrir des salles pour les associations d’étudiants et des concerts ou des projections cinématographiques dans la salle de spectacle.» Elle imagine le foyer en cantine ou encore des espaces partagés pour organiser un colloque. L’Université confirme un intérêt mais aucun projet concret.

Droit de superficie?

Reste la question du financement. Lors du vote du crédit pour la nouvelle Comédie, en mai 2015, la majorité du Municipal a précisé que le bâtiment du boulevard des Philosophes doit être vendu ou mis en droit de superficie. «Il ne doit plus rien nous coûter», insiste aujourd’hui encore le conseiller municipal PLR Adrien Genecand. «Notre volonté, c’est de ne pas avoir deux Comédies à financer. Et que les travaux de rénovation soient à la charge du futur exploitant.»

Aux yeux d’Albane Schlechten, une gestion associative n’est pas incompatible avec un droit de superficie, «avec rentabilité zéro. Cela ne rapporterait rien à la Ville mais ne lui coûterait rien non plus.» Selon elle, le plus tôt serait le mieux: «Cela laisserait deux ans au futur exploitant pour trouver des fonds.» Pour Adrien Genecand en revanche, «il est trop tôt pour limiter la réflexion à un domaine» concernant la vocation future de la Comédie.

Le magistrat PS chargé de la Culture, Sami Kanaan, estime que «l’urgence était la nouvelle Comédie». Pour autant, il pense que «l’usage public du bâtiment doit être maintenu». Il évoque lui aussi la piste des hautes écoles. «L’Université et la HES-SO Genève ont manifesté leur intérêt. Il existe également un projet proche des cinémas indépendants.» Et de préciser que la bâtisse est située en périmètre protégé. Selon Albane Schlechten, elle est aux normes et les travaux pour adapter le lieu pourraient être minimes.

(TDG)

Créé: 13.07.2017, 18h19

Articles en relation

La nouvelle Comédie est lancée sur de bons rails

Construction La première pierre du chantier à la gare des Eaux-Vives a été posée hier. Le projet Skyline doit s’achever à la fin de 2019, afin d’accueillir les spectateurs dès octobre 2020. Plus...

La Comédie et Le Poche font saliver leurs publics

Saison 2017-2018 Levée de rideau sur les deux affiches que chapeaute la Fondation d’art dramatique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Berne offre un milliard à Sion 2026
Plus...