Les Automnales surfent avec succès sur les salons parallèles

PalexpoLe Vintage et le Nautique ont fait venir beaucoup de monde à Palexpo, malgré le renoncement samedi du visitorat français.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Par les poils. Et pas n’importe lesquels: ceux d’une barbe taillée à la mode Belle Epoque. C’était ce lundi en fin d’après-midi, quelques heures avant la fermeture du Salon vintage. Mieux vaut tard que jamais. Pendant trois jours, ce salon parallèle, fleuron des Automnales, a attiré les amateurs d’objets estampillés, d’accessoires au verni authentique, de savoir-faire rappelant les années où les champions de tennis gagnaient Wimbledon avec une raquette en bois.

Le succès des précédentes éditions a augmenté le nombre d’exposants et ajouté des mètres carrés au sol. On a élargi les allées et poussé vers la Halle 4. A l’entrée, sur un tapis rouge de festival, deux rangées de Vespa déclinant leur élégance restaurée sur vingt ans d’histoire du constructeur italien. On peut difficilement rêver meilleure façon d’accueillir les gens, connaisseurs ou ignorants. De surcroît, les Amici della Vespa ont envoyé leurs guides assermentés parlant la langue des couleurs d’origine, du verde jungla au grigio polaris en passant par l’incontournable azzurro cina. Le modèle Sprint, datant de 1969, sort du lot. Il a été entièrement refait chez un mécanicien esthète tenant un garage à Adrano, province de Catane, en Sicile.

On s’égare? Non, on roule au plaisir partagé par la plupart des responsables de stands. Durant ce week-end prolongé, ils ont appris à se connaître. Les mauvaises nouvelles venues de Paris ont même resserré les rangs. Certes, «le visitorat français a renoncé à venir samedi», note la directrice des Automnales, Laurence Brenner. Avant d’ajouter: «Nous avons malgré tout augmenté de 10% le nombre d’entrées sur le premier week-end. Le Salon nautique a enregistré à lui seul 16 000 visiteurs et 120 exposants." Un amarrage réussi, de l'avis de ses organisateurs.

Quant aux poils Belle Epoque, ils ont été coupés par le barbier Kewin sur un stand pris d'assaut. Une cinquante de coupes en deux jours. Dont celle de Julien et son impressionnante barbe de six mois. Du vintage d'aujourd'hui, avec le sourire et une poignée de main fraternelle. (TDG)

Créé: 16.11.2015, 23h04

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...