Les Automnales débutent sous une météo de rêve

PalexpoLa pluie est le meilleur allié de cette foire annuelle qui attend beaucoup de monde. Première visite emballante.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de coupé de ruban sans discours. C’est le protocole qui veut ça et Les Automnales, justement, n’y coupent pas. Tant mieux, on aime les deux.

Donc, vendredi en fin de matinée, les orateurs se succèdent devant le stand flambant neuf des HUG, un hôte d’honneur très visible que l’on découvre avant tous les autres en empruntant les escaliers roulants qui conduisent au niveau supérieur de la Halle 1.

Il est 11 h, on y est, avec le public, les tourniquets viennent à peine d’ouvrir, les visiteurs s’engouffrent – plusieurs centaines – dans une impatience de Salon de l’auto, la frénésie et les casquettes sur la tête en moins. Le directeur général de Palexpo, Claude Membrez, invite les personnalités à le rejoindre sur l’estrade. Du beau monde, exclusivement masculin.

Voix victorieuse

Le président du lieu, Robert Hensler, se réjouit d’annoncer que l’épisode de mauvais temps va continuer. «Pendant dix jours, pluie, crachin, ondées, précipitations», lance-t-il d’une voix victorieuse. Cette météo de plein air promet en effet de doper le visitorat indoor.

«Un bon tiers de la population genevoise se montre chaque année fidèle aux Automnales, soit près de 150 000 personnes», poursuit notre ancien chancelier, non sans faire au passage l’éloge du génie de notre canton, lequel n’a aucune leçon à recevoir des autres sur le plan de l’organisation des grandes foires commerciales. Le localier de service se sent, lui aussi, à sa place.

Pour noter, à la volée, la formule du conseiller d’État Pierre Maudet: «Antidote à la morosité ambiante, à ce monde de plus en plus invisible de l’e-commerce. Le code génétique des Automnales, c’est la convivialité. Le besoin de se parler, de se toucher, se vit ici.»

Conseil de marathonien

Dit comme ça, on y retournera chaque jour. Le premier, de jour d’ouverture, sert à pointer les nouveautés, tout en fêtant les retrouvailles annuelles avec les valeurs sûres. Les HUG ne sont pas seuls sur l’affiche honorifique. Le département du Var fait également forte impression dans la halle voisine, la 4, que l’on rejoint en descendant à pied les marches; ce qui plaira beaucoup au directeur général de nos Hôpitaux universitaires, Bertrand Levrat, revenu du marathon de New York convaincu – il l’était déjà avant - que la bonne santé s’entretient en renonçant à l’ascenseur comme on renonce à la fumée.

Rascasses et murènes

Donc, le Var, ses oliviers, ses bacs à fleurs, ses murs végétalisés aux couleurs du rosé et son aquarium d’eau de mer. Un fond rocheux reconstitué, des rascasses au mimétisme bluffant, des murènes anguleuses à la gueule ouverte toujours aussi «sympathique». Au milieu de ce stand élégant et généreux, quantité d’animations sont prévues chaque jour. Dimanche, par exemple, on y confectionnera en direct un char fleuri, en piquant 13 000 fleurs, dont des anémones. L’horloge du Jardin anglais peut aller se rhabiller avec son parterre de santolines.

Dick's Army

Les Automnales n’existeraient pas, dans leur rayonnement populaire, sans le campement militaire du colonel Fritz Dick, le roi du déstockage à grande échelle. À midi, les allées taillées entre les cartons, les présentoirs en bois, les mannequins en tenue de camouflage sont prises d’assaut. On fait la queue, on fouille à la main, on retourne les tas de cagoules, de guêtres, de bêches et de pioches, le corps rattrapé par cette fièvre acheteuse qui ne s’exprime pleinement que dans ce décor de campagne armée et de soldatesque à petit prix.

Doigts virtuoses

Deux posters géants exhibant un char d’assaut et un avion de chasse se font face. Fritz nous gâte. Les rascasses du Var sont plus jolies. Comme est plus léger le labyrinthe de ballons gonflables qui est en train de naître non loin de là. Un total de 10 000 nœuds confectionnés par les doigts virtuoses de Luce Chappuis, la Gavroche de ces scénographies monumentales qui vont comme un gant géant à Palexpo.

C’est tous les jours jusqu’au dimanche 17 novembre. Comptez trois bonnes heures, la visite. Si vous avez la journée, c’est encore mieux!

Créé: 08.11.2019, 20h06

Articles en relation

Comment faire bonne chère aux Automnales

Fines gueules Arvinis tient désormais salon quatre jours à Palexpo durant la foire. Qui déroule en outre un abondant menu de concours, ateliers, shows culinaire et autres. Prévisite gourmande. Plus...

Les Automnales annoncent une édition de référence

Palexpo Hôte et invité d’honneur : les HUG et le Var. Mariage heureux en perspective. Mise en bouche avant la noce. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...