Un autiste bloqué à Belle-Idée faute de place

HandicapLes parents d’un jeune adulte appellent à l’aide. Une manifestation aura lieu aujourd’hui car ce cas n’est pas unique.

LAurinda et Herminio Reis, les parents d'André (à gauche) disent être à bout en raison de l'hospitalisation de leur fils.

LAurinda et Herminio Reis, les parents d'André (à gauche) disent être à bout en raison de l'hospitalisation de leur fils.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Diagnostiqué autiste à 3 ans, André a vécu de 10 à 18 ans dans une institution spécialisée du canton de Vaud, à Savigny, qui lui convenait à merveille. Devenu majeur, le Genevois a toutefois dû rentrer dans le canton où vivent ses parents. Or, après un essai d’intégration à Aigues-Vertes qui ne s’est pas très bien déroulé, le jeune homme a été hospitalisé à Belle-Idée. Un lieu qui n’est pas adapté à de longs séjours, mais où il vit depuis une année, faute d’une structure adaptée à son cas.

«Ce que nous voulons, c’est de l’aide, explique Herminio Reis, son père. Nous sommes mal en sachant qu’il est hospitalisé. Depuis une année, nous attendons une place dans une structure intermédiaire (ndlr: lieu d’adaptation en institution après une hospitalisation) .»

«Il a beaucoup régressé»

Ce délai n’est malheureusement pas sans conséquence: «Notre fils avait fait énormément de progrès lorsqu’il était pris en charge à La Branche, dans le canton de Vaud, poursuit sa mère, Laurinda. Mais depuis qu’il est à Belle-Idée, il a beaucoup régressé. A part dormir, il n’y fait rien.»

Cette situation problématique s’explique par le fait que Genève ne dispose pas d’un volant de manœuvre suffisant de places. «Il en manque pour différents besoins, précise Céline Laidevant, secrétaire générale d’Insieme, l’association de parents et d’amis de personnes mentalement handicapées. Rien que pour nos membres, il en faudrait cinq à six en structure intermédiaire et sept à huit en institutions.»

Même si chaque cas est particulier, une histoire similaire se répète année après année. «Les cas les plus fréquents concernent les enfants placés hors canton et qui rentrent à Genève une fois majeurs, poursuit la secrétaire générale. Tout se passe à la dernière minute. Or ces personnes ont besoin de temps pour s’adapter.»

Accepté puis refusé

Le cas d’André est révélateur. C’est en effet à l’automne 2011, alors qu’il avait entamé l’année scolaire dans l’institution vaudoise, que le jeune homme est revenu à Genève. «Aigues-Vertes semblait être le lieu et l’encadrement qui convenaient le mieux, explique Laurinda. Mais cela ne lui plaisait pas. Il le manifestait en refusant de sortir de la voiture.»

Après huit mois d’observation à Aigues-Vertes, André est admis comme villageois. Puis, en juin, il est hospitalisé à Belle-Idée. «Aigues-Vertes nous a appelés pour nous dire qu’ils ne pouvaient plus le garder, faute de pouvoir assurer sa sécurité», se souvient son père. Depuis, c’est l’insupportable attente.

(TDG)

Créé: 27.06.2013, 07h13

Les proches se mobilisent

Aujourd’hui à 16 h 15, une manifestation se déroulera devant l’Hôtel de Ville, où le Grand Conseil tiendra séance à partir de 17 heures. Convoquée par la Fédération genevoise des associations de personnes handicapées, elle vise à sensibiliser les autorités cantonales aux lacunes de la prise en charge de ces Genevois très vulnérables.

Une pétition sera également déposée à cette occasion. Elle demande «d’appliquer les lois en vigueur». La loi cantonale sur l’intégration des personnes handicapées demande en effet à l’Etat de mettre à disposition des personnes invalides des établissements répondant adéquatement à leurs besoins.

Président de la fédération, Cyril Mizrahi indique que la pétition a réuni environ 1800 signatures en trois semaines et salue cette mobilisation.

«Pour des personnes qui ont des troubles de comportement ajoutés, la seule alternative en attendant qu’une place se libère est l’hospitalisation en milieu psychiatrique des mois, voire des années», dénonce notamment la fédération.E.BY

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

USA: après une nouvelle fusillade...
Plus...