L’auteur de la fausse alerte aux Eaux-Vives soumis à une expertise psychiatrique

InterrogatoireLe Britannique, arrivé en Suisse l’an dernier, se dit persécuté par des politiciens.

Le Centre culturel islamique des Eaux-Vives a été le théâtre de cette fausse alerte.

Le Centre culturel islamique des Eaux-Vives a été le théâtre de cette fausse alerte. Image: Frank Mentha

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Britannique, arrivé en Suisse l’an dernier, se dit persécuté par des politiciens Le Centre culturel islamique des Eaux-Vives a été le théâtre de cette fausse alerte. Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête de l’auteur de la fausse alerte à la bombe le mois dernier au Centre culturel islamique des Eaux-Vives? Pour y voir plus clair, la procureure Sophie Varga Lang, en charge du dossier, a ordonné une expertise psychiatrique. Une information confirmée par Henri Della Casa, porte-parole du pouvoir judiciaire.

Interpellé peu après les faits survenus le 17 décembre, ce Britannique est rapidement passé à la moulinette du Tribunal des mesures de contrainte (TMC). Ce dernier, inquiet du risque de récidive, a ordonné sa détention provisoire pour une durée d’un mois. Le prévenu, qui avait dénoncé à la police la présence d’un porteur d’explosifs, est prévenu de fausse alerte et de menaces alarmant la population.

Interrogé, cet Anglais, établi à Londres durant vingt ans et venu à Genève à la fin de l’an dernier, a déclaré avoir déjà agi de la sorte par le passé en Suisse sans obtenir de réaction policière… Mais ce fameux dimanche soir aux Eaux-Vives, il a réussi son «coup».

Rappelons qu’il a alarmé les agents du poste de la Navigation vers 18 h 30, ce qui a provoqué un branle-bas de combat. À savoir un gros déploiement de police et de pompiers. La rue des Eaux-Vives a été bouclée sur un tronçon de plus de 200 mètres, entre les rues du 31-Décembre et Merle-d’Aubigné. En cause: la présence d’un colis suspect à l’avenue de la Grenade, à deux pas du centre islamique.

Le sac du porteur ne contenait finalement que quelques habits et… un thermos. Âgé d’une cinquantaine d’années, le prévenu, défendu par le pénaliste Me Michel Celi Vegas, a demandé l’asile dans le canton de Bâle l’an dernier.

Arrivé à Genève en décembre, il dormait dans un abri de la protection civile de Richemont. Interrogé, il explique se sentir persécuté par une organisation anglaise: «Il a soutenu que l’ancien dirigeant britannique James Cameron et l’actuelle première ministre Theresa May étaient à l’origine de cette structure», explique une source proche du dossier.

Le jour des faits, le procureur général Olivier Jornot a également été mobilisé puisque, potentiellement, on pouvait envisager un risque terroriste. Si cela avait été le cas, le chef du Parquet aurait alors transmis le dossier au Ministère public de la Confédération. (TDG)

Créé: 11.01.2018, 17h54

Articles en relation

Un homme poursuivi pour la fausse alerte aux Eaux-Vives

Genève La police et les pompiers étaient intervenus en masse dimanche soir pour un sac contenant quelques habits et un thermos. Plus...

Articles en relation

Colis suspect: fausse alerte aux Eaux-Vives

Sécurité La rue des Eaux-Vives a été bouclée ce dimanche soir en raison d'un sac suspect. Le Centre islamique a été évacué. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.