L’auteur de coups de couteau mortels à Prévessin sera soigné, mais pas jugé

Drame familialEn proie à des délires psychotiques, l’homme a tué sa demi-sœur en 2017 en France voisine.

La Cour d’appel de Lyon a conclu à l’irresponsabilité pénale de l’auteur des coups de couteau mortels. Le meurtre avait eu lieu à Prévessin-Moëns en 2017.

La Cour d’appel de Lyon a conclu à l’irresponsabilité pénale de l’auteur des coups de couteau mortels. Le meurtre avait eu lieu à Prévessin-Moëns en 2017. Image: Lucien Fortunati / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les quatre expertises psychiatriques sont formelles: en 2017, au moment de poignarder sa demi-sœur à Prévessin-Moëns (Ain, FR), le jeune homme d’origine portugaise (27 ans) était en proie à un délire psychotique. Au début du mois d’avril, la Cour d’appel de Lyon a conclu à l’irresponsabilité pénale de l’auteur des coups de couteau mortels. Et ordonné son internement en hôpital psychiatrique.

En 2017, le meurtre avait troublé un quartier résidentiel accolé à la frontière. Il est 9 h 30, le 31 août, quand les policiers débarquent dans un appartement et découvrent une femme de 37 ans sans vie, sa mère, gravement blessée et assise en état de choc sur le canapé, ainsi que son fils, touché à l’oreille. Tenant son bébé de 7 mois dans les bras au moment de l’agression, la mère de famille était parvenue à le mettre à l’abri. Il sera retrouvé indemne.

Entre-temps, l’auteur des coups de couteau avait franchi la frontière. Il s’était rendu au poste de police de Cornavin. Incarcéré à Champ-Dollon, il sera rapidement extradé et transféré dans un établissement pénitentiaire français.

On sait de l’auteur des coups de couteau qu’il a grandi au Portugal avant de venir s’installer chez sa demi-sœur, en France voisine. Depuis la fin de sa scolarité, il a exercé divers emplois peu qualifiés dans la région. Le dossier relève sa consommation régulière de cannabis, mais également ses troubles psychiatriques. «Il était très malade. Le drame aurait pu être évité si on l’avait soigné avant», regrette son avocate, Me Saskia Ditisheim.

Durant l’instruction, quatre psychiatres ont mis en lumière «un délire à thème de persécution, de sorcellerie relevant de la schizophrénie». Pour les experts, son «état délirant» a nourri sa «crainte de se faire tuer par sa demi-sœur». Il l’aurait attaquée quand celle-ci évoquait la venue d’un médecin.

Ainsi, la justice l’a déclaré irresponsable pénalement. En conséquence, il sera soigné et pas jugé, comme le requérait le procureur de la République. «Pour les proches de la victime, c’est une décision difficile à accepter, fait remarquer Me Sylvie Correia, avocate des parties civiles. Le droit français ne prévoit pas de durée d’hospitalisation. Si, demain, un médecin considère qu’il est apte à sortir, il sortira.»

Me Saskia Ditisheim, elle, relève combien cette affaire est «une véritable tragédie». Son client: «Un garçon simple, gentil, dit-elle. Au fur et à mesure qu’il est soigné, il n’entend plus de voix. Il commence à se rendre compte qu’il a ôté la vie à sa demi-sœur, une mère de famille de quatre enfants, la personne qu’il aimait le plus au monde.»

Créé: 24.04.2019, 15h08

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...