Elle attaque sa fille adolescente au couteau

Tentative de meurtreLes faits ont eu lieu ce week-end dans le quartier de la Servette. Alerté par les hurlements, un voisin a sauvé la jeune fille.

Le Ministère public à Genève.

Le Ministère public à Genève. Image: Christian Bonzon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Désolée, mais je vais te tuer…» C’est sur ces mots qu’une mère s’est précipitée ce week-end sur sa fille adolescente, couteau à la main. Les faits se sont déroulés, selon nos informations, à la rue Pestalozzi, dans le quartier de la Servette. Les hurlements ont alerté l’immeuble et le quartier.

Le voisin sauveur

Heureusement, un voisin a pu intervenir. La mère, qui n’était visiblement pas dans son état normal, ne voulait pas le laisser entrer, soutenant que tout allait bien. Mais cet homme entendait, provenant de l’intérieur du logis, des cris de détresse, des pleurs et des appels au secours. Il a alors forcé la porte à demi ouverte de l’appartement et réussi à en extirper une jeune fille de 15 ans par le col de ses habits. Elle avait la main en sang. Il l’a recueillie chez lui avec son frère de 5 ans, en attendant leur père et la police.

Entre-temps, la mère s’est enfuie par l’escalier de secours en poussant des hurlements impressionnants et a commencé à errer dans les rues de la ville. Elle n’a été interpellée qu’en fin d’après-midi, samedi, alors qu’elle faisait du scandale et terrorisait les habitants d’un autre immeuble du quartier des Libellules. Le lendemain, elle ne se souvenait de rien. Sauf du fait «qu’il y avait du sang» et que ça l’avait choquée.

Procédure pénale ouverte

«J’ai ouvert une procédure pénale samedi en fin de journée pour tentative de meurtre, mise en danger de la vie ou de la santé d’autrui et violation du devoir d’assistance et d’éducation», indique la procureure Rita Sethi-Karam. «La prévenue a été auditionnée par le procureur de permanence. Elle a été dans un premier temps détenue au quartier cellulaire des HUG et actuellement à Curabilis. Les enfants se trouvent avec leur père, qui a porté plainte. Un curateur sera nommé pour l’adolescente. Un tuteur ou un curateur sera également désigné par le Tribunal de protection de l’adulte et de l’enfant pour la prévenue.»

Que s’est-il passé ce samedi après-midi? Il semble qu’après un repas au Burger King de Planète Charmilles, une dispute ait éclaté en début d’après-midi dans l’appartement familial. Pour quelle raison? Nous n’en savons rien. Mais, à un moment donné, la prévenue a averti l’adolescente qu’elle devait la tuer, tout en ajoutant qu’elle en était désolée.

Elle s’est rendue à la cuisine pour prendre un couteau dentelé et a cherché à la frapper. L’enfant a hurlé au secours et a saisi le couteau par la lame de toutes ses forces pour stopper le geste. Son petit frère de 5 ans assistait à la scène, il criait et pleurait lui aussi. Le voisin était déjà intervenu plusieurs fois auprès de cette famille à cause de problèmes de bruit. Visiblement, cette femme a de graves problèmes psychiatriques. Elle aurait déjà fait des séjours à Belle-Idée. À ce stade, elle nie les faits et assure que les événements n’ont pas pu avoir lieu. Elle ne semble réaliser ni l’importance de ses troubles ni le caractère imprévisible et dangereux de ses comportements.

Une affaire de famille

Interrogé sur cette affaire, Me Timothée Bauer, avocat commis d’office, considère que «ce triste drame trouve son explication dans la médecine plus que le droit». À ses yeux, «il va de soi que jamais ma cliente n’a réellement voulu faire du mal à sa fille. Il faut désormais permettre autant que possible à cette famille de se reconstruire sans trop condamner, dramatiser et judiciariser ce qui reste avant tout une affaire parents-enfants où les protagonistes s’aiment les uns les autres.» (TDG)

Créé: 07.02.2018, 18h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...