Des associations discrètes ont aidé Pierre Maudet

PolitiqueLe conseiller d’État a caché pendant des années au PLR des financements «latéraux» pour ses opérations politiques. Il a finalement fait un don privé à son parti.

Le Cercle Fazy-Favon a soutenu Pierre Maudet dans l’une de ses campagnes.

Le Cercle Fazy-Favon a soutenu Pierre Maudet dans l’une de ses campagnes. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les campagnes politiques de Pierre Maudet ont été en partie financées pendant des années par deux associations dont il a totalement caché l’existence aux plus hautes instances de son parti. La direction du PLR a découvert ces entités très récemment, a appris la «Tribune de Genève».

De quoi s’agit-il? Au début de l’été, en plein scandale autour de son séjour aux Émirats, Pierre Maudet révèle l’existence d’une association de soutien à son nom au trésorier, Patrick Senger, et au président du PLR, Alexandre de Senarclens. Créée il y a six ans, celle entité dispose d’un fonds que l’élu veut reverser à ce moment-là à sa famille politique. N’ayant jamais entendu parler de cette association et ignorant tout de ses donateurs, la direction du PLR refuse le cadeau. Quelques jours plus tard, soit le 2 juillet, c’est depuis son compte bancaire privé que le couple Maudet procède à une donation de 50 000 francs au parti.

Au passage, le conseiller d’État souhaite que son geste l’exempte de sa contribution obligatoire au parti, s’élevant à 10 000 francs par an. Deal refusé. Alexandre de Senarclens confirme ces éléments, sans en dire davantage: «Le PLR a reçu un don en 2018 de Pierre et Catherine Maudet. Je ne peux par contre pas m’exprimer sur le montant de celui-ci, cette information relevant de la sphère privée.»

L’histoire fait tousser plusieurs caciques de droite. Cette fameuse association pose problème. Elle a servi à financer il y a quelques mois un sondage pour le compte de Pierre Maudet, à l’insu de tous. Objet: les préoccupations des Genevois avant l’élection au Conseil d’État. Quelque 35 000 francs ont été recueillis notamment par l’ami du magistrat, Antoine Daher, l’un des organisateurs du litigieux voyage à Abu Dhabi en 2015. Le Ministère public investigue sur le sujet, l’ancien chef de cabinet de Pierre Maudet étant prévenu pour avoir participé à cette recherche de fonds.

Nébuleux Cercle Fazy-Favon

Ce n’est pas tout. Une seconde association sort depuis peu de l’ombre. Un vieux radical raconte: «Peu après la fusion des radicaux et libéraux en mai 2011, une assemblée générale du Parti radical de la Ville de Genève a rassemblé une vingtaine de personnes. Elles ont voté pour que le trésor de guerre des radicaux reste entre leurs mains et ne file pas dans un pot commun. Tout le monde trouvait normal, dans le climat de méfiance réciproque, de préserver cet argent et d’en faire don à une association radicale historique.»

L’observateur se rappelle qu’une structure, dénommée Cercle Fazy-Favon, en mémoire des figures historiques radicales genevoises, a ainsi pu bénéficier d’un solde de plusieurs dizaines de milliers de francs. «Je n’en avais pas connaissance, réagit avec surprise Alain-Dominique Mauris, premier président du PLR. Je ne sais pas si un accord a été passé sur ce point entre libéraux et radicaux.» Aucune personne interrogée n’a d’ailleurs le souvenir d’un accord de ce type.

Seul Guy-Olivier Segond, fidèle de Pierre Maudet, toujours bien informé, se souvient: «Lors de la fusion, un accord financier a été passé pour que chacun verse la même somme afin de créer le PLR. Comme il restait encore de l’argent radical, mais je ne sais pas combien, il a été versé dans le Cercle Fazy-Favon, créé à cet effet. Le surplus libéral allant au Cercle libéral, déjà existant.» Quels sont les buts du Cercle Fazy-Favon? «C’est une association gérée par d’anciens présidents du Parti radical, comme Pierre Maudet, François Longchamp, Patrick Malek-Asghar, destinée à intervenir pour défendre financièrement les idéaux radicaux dans des votations ou élections.» Il faut savoir que cette association n’est pas affiliée au PLR et n’a pas d’activités publiques, contrairement au Cercle libéral.

Loi sur la police financée

À quoi l’argent du Cercle Fazy-Favon a-t-il servi? Guy-Olivier Segond dit ne pas le savoir. En fait, cette association apparaît une seule fois entre 2012 et 2017 dans les classeurs des comptes des partis, accessibles au Service des votations. En 2015, elle a versé 25 734,45 francs à l’Association de soutien Oui à la Nouvelle loi sur la police, portée par Pierre Maudet. Mais pas seulement.

Un membre du Cercle Fazy-Favon, préférant s’exprimer anonymement, reconnaît du bout des lèvres qu’elle a financé des opérations politiques de Pierre Maudet. «Il y a eu quelques versements en 2012 pour sa première campagne au Conseil d’État, mais ce n’est pas cela qui a fait son élection.» Il dit ne pas connaître l’origine des fonds du Cercle et n’avoir aucune idée du montant de départ, mais précise que «les comptes ne sont pas vides». Ceux qui espèrent voir un jour revenir la dot radicale au sein du couple libéral-radical vont s’en réjouir.

Vendredi, ni Pierre Maudet, ni ses avocats ne souhaitaient faire de commentaires sur les faits en question. (TDG)

Créé: 12.10.2018, 21h52

Les risques d’un financement privé

Le recours répété de Pierre Maudet à une cagnotte privée n’a rien d’illégal, mais il met en lumière la zone grise du financement des partis. Alexandre de Senarclens, président du PLR, décrit la pratique à Genève. «Il est assez classique pour un candidat à l’Exécutif, quel que soit le parti, d’avoir un comité de soutien, sous forme d’association, qui récolte des petits dons sur un compte spécifique. C’est mieux que sur le compte personnel du candidat. Cela permet de payer la création d’un site internet ou une photo, soit des dépenses de quelques milliers de francs que le parti ne prendrait pas en charge.» Mais jusqu’où un candidat peut-il aller? «Je n’ai aucun commentaire à faire sur l’association de soutien de Pierre Maudet, que je ne connais pas, dont je ne connais pas les donateurs et les flux financiers», répond Alexandre de Senarclens.

D’autres estiment que cette situation révèle les failles du système. «Ces fonds privés, sans liste de donateurs, échappent à tout contrôle. Et le candidat prend le risque d’être accusé de dépendance vis-à-vis des contributeurs. Comme c’est le cas dans cette affaire», déplore un représentant du PLR, voulant rester anonyme. Il souhaite qu’une leçon en soit tirée: «Pas de comptes privés et pas de campagne privée à l’Exécutif de Genève, suivant le modèle des Législatifs cantonal et fédéral.» S.R.

Articles en relation

Accusé par l’Hôpital, Philippe Morel se défend

Polémique Selon les HUG, le conseiller d’Etat Pierre Maudet a pu manipuler les instruments dans le ventre d'une patiente. Le chirurgien dément. Plus...

L’affaire Maudet plonge le Conseil d’État dans le flou

Le Matin Dimanche Sans son leader, l’Exécutif genevois est déstabilisé, regrettent les députés. Ceux-ci ne le voient pas d’un bon œil alors que d’importants sujets seront traités ces prochains mois. Plus...

Pierre Maudet aurait favorisé un dossier au Service du commerce

Voyage à Abu Dhabi Trois procureurs et des policiers ont débarqué jeudi dans les locaux de l’administration. Trois fonctionnaires ont été entendus. Plus...

Nouvelle priorité de l’État: faire appliquer les sanctions

Sécurité Avec Mauro Poggia à la place de Pierre Maudet, le Conseil d’État et la justice ont présenté leur politique de lutte contre la criminalité. Plus...

Anne Emery-Torracinta a-t-elle lâché Pierre Maudet?

Affaire Maudet Devant son groupe, la magistrate s’est exprimée sur le texte demandant le départ de l’élu PLR. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.