Passer au contenu principal

Les assistantes médicales descendent dans la rue

Près de cinquante femmes ont manifesté ce jeudi soir pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail.

C’est à la lumière de torches et aux sons des tambours qu’une cinquantaine d’assistantes médicales ont défilé en blouse blanche jeudi soir dans les rues de la ville pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de travail. Elles revendiquent un salaire minimum.

«En 2006, l’association des médecins genevois (AMG) a dénoncé notre Convention collective de travail (CCT), clame Nawal Jos, présidente de l’Association genevoise des assistantes médicales (Agam), sur la place du Molard. Huit ans plus tard, on constate que nos conditions de travail se sont massivement dégradées. Le salaire à l’embauche a chuté, passant de 4500 à 4200 francs par mois avec le treizième salaire en moins. Résultat, de moins en moins de personnes veulent faire ce métier et les médecins engagent toujours plus de personnes non qualifiées pour faire des actes médicaux.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.