«L’assassinat d’Adeline a été calculé et prémédité»

Drame de La PâquerettePour la famille de la victime, Fabrice A. n’aurait rien laissé au hasard. Quant au procureur général, il peut boucler son enquête pénale sauf requête de dernière minute d’une partie

Le site où a été retrouvé, le 13 septembre 2013, le corps sans vie d’Adeline M. Le procès du meurtrier aura lieu cette année devant le Tribunal criminel de Genève.

Le site où a été retrouvé, le 13 septembre 2013, le corps sans vie d’Adeline M. Le procès du meurtrier aura lieu cette année devant le Tribunal criminel de Genève. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’enquête sur l’assassinat d’Adeline M., la sociothérapeute de La Pâquerette, s’achève. Les parties avaient jusqu’à la fin du mois de février pour demander des actes d’instruction complémentaires. A moins d’une requête de dernière minute, le procureur général, Olivier Jornot, pourra bientôt commencer à rédiger son acte d’accusation sur ce meurtre sauvage qui a bouleversé le canton et suscité une remise en question du fonctionnement de ses institutions. Le procès aura probablement lieu cet automne.

L’égorgement en boucle

Point crucial de cette sanglante affaire: Fabrice A. a-t-il, oui ou non, prémédité le meurtre de la jeune femme, ce jeudi 12 septembre 2013, alors qu’elle le conduisait vers un manège à Bellevue pour suivre une thérapie équestre? A ce sujet, il n’y a pas eu, semble-t-il, d’aveux clairs de la part du prévenu de 41 ans. Mais à l’adresse des experts psychiatres, il a évoqué ses rêveries alors qu’il regardait en boucle la scène de l’égorgement du film Braveheart. Et en visionnant cette scène, il a admis qu’il pensait, à chaque fois, à Adeline M.

Pour Me Simon Ntah, avocat du compagnon et désormais des parents de la défunte, la préméditation ne fait aucun doute. «L’instruction et les deux expertises ont permis de confirmer ce que l’on soupçonnait déjà, à savoir que rien n’a été laissé au hasard. L’assassinat d’Adeline a été calculé et prémédité de longue date.» L’accusé estimait que cette dernière était une personne «gentille» et qu’il pourrait en faire façon. Une autre sociothérapeute de La Pâquerette, plus âgée, était également considérée comme une cible potentielle.

Besoin de domination

Durant la procédure, il est apparu que le prévenu est un homme fasciné par les tueurs en série. Pour les quatre experts psychiatres (deux Suisses et deux Français), Fabrice A. est clairement un psychopathe, même en utilisant l’échelle de calcul qui lui est la plus favorable. Ils n’ont aucun doute sur ce point. Ils notent les traits de caractère sadiques ainsi que le sentiment de toute-puissance et le besoin de domination. Ils plongent dans l’enfance du prévenu et constatent l’omniprésence d’une mère perturbée qui surprotège son fils tout en le laissant pleurer durant des heures dans son berceau. Le père de Fabrice A. souffrait quant à lui d’une dépendance à l’alcool. L’accusé a une sœur. Durant leur enfance, il se plaisait à la tourmenter. Frère et sœur n’ont jamais entretenu de bons rapports.

Les quatre experts psychiatres ont travaillé séparément, deux par deux, et ont rendu des expertises en grande partie similaires. Ils sont d’accord pour dire qu’à l’heure actuelle, il n’y a aucun moyen de soigner l’accusé. Pourtant, ils ne concluent pas à l’internement à vie (lire notre édition du 18 novembre 2015).

Ils préconisent un internement classique, l’une des mesures les plus lourdes du Code pénal. S’ils sont suivis par le Tribunal criminel, Fabrice A. sera enfermé dans un établissement adéquat. Son état sera régulièrement réévalué et il ne pourra pas sortir tant qu’il sera considéré comme dangereux. Si les médecins ne concluent pas à l’internement à vie, c’est que l’homme n’est pas très âgé et que les psychiatres ne peuvent pas être certains qu’il ne va jamais évoluer.

Volet polonais classé

On se souvient qu’après avoir éliminé Adeline M., Fabrice A. s’est enfui en Pologne. C’est là qu’il a été arrêté. Dans ce pays, il recherchait une ancienne petite amie à qui il réservait visiblement un sort peu enviable. Le procureur général voulait au départ le poursuivre également pour des actes qui préparaient probablement un autre crime. Mais ce volet-là du dossier a été classé «dans la mesure où les autorités de justice polonaises ont refusé d’accéder à la demande complémentaire d’extradition transmise par le Ministère public genevois», explique Henri Della Casa, porte-parole du Parquet.

(TDG)

Créé: 03.03.2016, 18h57

Un lourd passé pénal

Fabrice A., binational franco-suisse, a commis deux viols en 2000 et 2001. Le premier en Suisse, le second en France. La Cour correctionnelle de Genève l’a condamné à cinq ans de prison le 4 octobre 2001. La Cour d’assises de l’Ain à quinze ans, le 4 novembre 2003. L’expert français conclut à l’époque que l’homme est dangereux et incurable alors que son collègue suisse considère que le risque de récidive est modéré. En 2008, sa demande de transfert afin d’achever de purger sa peine en Suisse est acceptée. Il se retrouve à Champ-Dollon puis aux Etablissements pénitentiaires de la plaine de l’Orbe (VD), avant d’aboutir au centre thérapeutique La Pâquerette, à Genève. Afin de préparer sa libération conditionnelle, La Pâquerette organise des sorties accompagnées. C.F./F.M.

Jugé trois ans après le drame

12 septembre 2013 La police est alertée après la disparition d’Adeline M., une sociothérapeute de 34?ans, et de Fabrice A., un violeur récidiviste détenu au centre La Pâquerette. La sociothérapeute devait conduire le condamné au centre hippique de Bellevue pour une thérapie.

13 septembre Le corps d’Adeline, psychologue depuis six ans à La Pâquerette, est retrouvé sans vie,
la gorge tranchée, à deux pas du manège. Elle a été tuée avec un couteau que Fabrice A. a pu se procurer par téléphone depuis La Pâquerette.

14 septembre
Un mandat d’arrêt international est lancé contre le meurtrier présumé.

15 septembre Fabrice A. est arrêté en Pologne dans la voiture qu’il avait utilisée avec Adeline pour sa sortie accompagnée au centre équestre. Dans l’habitacle, la police découvre le couteau qui a servi au meurtre.

12 décembre 2013 Le prévenu est transféré en Suisse en décembre.

9 octobre 2013 L’Etat reconnaît ses torts et présente ses excuses à la famille de la défunte.

Bernard Ziegler, ancien conseiller d’Etat, rend un audit accablant sur
les dysfonctionnements dans cette affaire: la sortie du meurtrier était illégale.

Février 2014 Dans son rapport final, il préconise un nouveau règlement pour les soins en sociothérapie.

Mai 2014 Deuxième audit commandé par les HUG à l’avocat Benoît Chappuis. Par la suite, la directrice de La Pâquerette écope d’un blâme. La directrice du Service d’application des peines et mesures (Sapem) sera, elle, rétrogradée.

Juin 2014 Un collectif nommé Justice pour Adeline dépose une pétition munie de 4000 signatures. Saisi, le parlement refuse de lancer une commission d’enquête parlementaire (CEP) puis confie finalement le travail à des experts externes au canton.

Mars 2015 Création de la commission d’enquête parlementaire après des mois de débats au
parlement. Elle terminera ses travaux en juin 2016. Le procès pénal,devant le Tribunal criminel de Genève, aura lieu cette année.
C.F./F.M.

Articles en relation

Genève et les HUG indemnisent les proches d'Adeline

Drame de la Pâquerette Un accord a été trouvé avec la famille de la jeune femme assassinée en septembre 2013 par un détenu de la Pâquerette. Plus...

Pas d'internement à vie pour Fabrice A. selon les experts

Assassinat d'Adeline M. Le détenu est considéré comme extrêmement dangereux et actuellement totalement irrécupérable. Plus...

Les parents d’Adeline M. attendent encore des réponses

Témoignage Deux ans après l’assassinat de la sociothérapeute, ses parents livrent leur incompréhension. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maintien de Maudet: le PLR convoque une assemblée extraordinaire
Plus...