Askery, un DJ qui mixe électro et classique

JeunevoisPaléo, Electron, Montreux Sundance: si vous fréquentez les festivals, vous le connaissez sans doute. Parti d’Irak à 10 ans, le Genevois a appris le solfège et marie le classique et l'électro.

Do you want to dance? Askery, une étoile montante de l’électro à ajouter à votre playlist.

Do you want to dance? Askery, une étoile montante de l’électro à ajouter à votre playlist.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Dans ce magasin de sport, il y avait un DJ aux platines. Je suis resté scotché face à lui. Il m'a vu et il m'a dit: «Viens!» Il m'a demandé de lui montrer ce que je savais faire quand je lui ai dit que je mixais de temps en temps à la maison de quartier à la Jonction.» C’est ainsi que Shawn a commencé sa carrière de DJ. Tout s'est alors enchaîné très vite. Un an plus tard, il est aux platines pour sa première soirée au Duplex, dans le quartier des Pâquis. À force de jouer avec sa table de mixage, il s'est perfectionné. Très demandé, il est même parti jouer à Dakar au Sénégal. Petit à petit, il s'est détaché de son premier amour, le scratch hip-hop, pour se lancer dans l’électro. Shawn devient alors DJ Rim puis Askery, en hommage à sa famille, les Askari.

«Je voulais créer»

Pour lui, la musique, c'est plus qu'une passion. Déterminé à en faire son métier, il s’y consacre à plein temps sans se laisser distraire. Pour devenir professionnel, il a suivi une formation d’ingénieur du son à l’institut SAE (School of Audio Engineering) de Genève. En parallèle, il a pris des cours de solfège pour pouvoir composer lui-même. «Je voulais aller beaucoup plus loin que le mix, je voulais créer.» Des tutos sur Youtube l’ont fait progresser. Dans son studio, 5 écrans, 2 synthés et une tour à 10 cœurs (une bête!) avec lesquels il crée ses propres ondes sans utiliser de bibliothèque de sons. Mais comment est-il passé de sa chambre à la scène? Il répond sous forme de conseils à un débutant. «Avant de se lancer, il faut être fin prêt en proposant une démo de qualité . Ensuite, le bouche à oreille et les rencontres font le reste.» C’est ainsi qu’il a été amené à mixer au MAD Club de Lausanne et à se produire dans de nombreux festivals comme Rock Oz’Arènes ou le Montreux Sundance. Il raconte avec fierté qu’il collabore avec Nervo, le duo d'Australiennes notamment connues pour leur titre «Alone».

«Mélanger les genres»

Son premier titre est alors composé et diffusé: «Fall into me». Mais Askery ne s'est pas cantonné à la musique électro. Le compositeur romantique Claude Debussy a bouleversé ses goûts musicaux. Sa musique a une autre texture et casse les codes, explique-t-il. «C’est plein d'imprévus, de jaillissements de couleurs.» Éclectique, Askery intègre cette inspiration classique, comme il utilise les percussions africaines ou la musique orientale. «C'est ma ligne directrice: mélanger les genres.» Ce sont ces mixtes inattendus sur fond d'électro qui définissent le son d’Askery. Shawn n'a pas découvert la musique classique par hasard. Il suit des études orchestrales car il souhaite désormais s’orienter vers la musique de film. Les normes de la pop-électro étant trop strictes, il a voulu explorer d'autres horizons qui lui offrent plus de liberté. Car il est aussi cinéphile! «Usual Suspects», «Inception», «Interstellar» comptent parmi ses films préférés. Il prévoit donc de quitter Genève pour se rendre à Los Angeles, la Mecque du cinéma, pour y tenter sa chance et se frotter aux plus grands.

Créé: 19.12.2018, 14h08

Où le rencontrer

Chez Sami, un restaurant: //chezsami.ch
L’Hôtel d’Angleterre, un bar/restaurant: Parfois, ils font des brunch auxquels il aime bien aller avec sa copine. https://www.dangleterrehotel.com
Le Séoul, un restaurant coréen: //www.seoulgeneva.com
Little India, un restaurant, Il le trouve très bon: //www.littleindia.ch

Sur internet


https://www.facebook.com/AskeryMusic/?ref=br_rs

//www.askerymusic.com

https://soundcloud.com/askerymusic



Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...