Les Archives d’Etat trouvent leur salut à l’Arsenal

DéménagementLes conditions d’entreposage des archives sont si mauvaises qu’elles constituent un risque majeur. Un transfert à Plainpalais est en vue.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Archives d’Etat devraient, enfin, s’installer dans des locaux dignes des trésors qu’elles recèlent. Le Conseil d’Etat a décidé ce mercredi de les transférer en lieu sûr. Il va soumettre au Grand Conseil un crédit de 3,7 millions de francs pour étudier ce déménagement. Le site choisi? L’Arsenal de la rue de l’Ecole-de-Médecine. Le bâtiment sera rénové et de grands dépôts seront construits en sous-sol. Un mécène ouvrira son porte-monnaie pour mettre à l’abri ce patrimoine historique.

Pour Pierre Flückiger, l’archiviste cantonal, c’est un soulagement. «Au début de juin, nous avons encore eu 20 centimètres d’eau dans un de nos dépôts, à la rue des Maraîchers.» Ce genre de pépin n’a rien d’exceptionnel. La plupart des sept sites qu’occupent les Archives d’Etat, inadaptés, causent d’incessants soucis.

Même le siège historique, en Vieille-Ville, ne répond pas aux exigences minimales. Ici, les documents sont stockés jusque sous les combles, dans des locaux aménagés tant bien que mal il y a un demi-siècle. «L’humidité et la température ne sont pas régulées», soupire Pierre Flückiger. En été 2014, une fuite d’eau venant de la toiture a nécessité une intervention urgente pour protéger des registres du XVIe siècle. En cas de feu, il craint le pire. «Les piliers en fonte s’effondreraient en dix minutes. Les pompiers n’y mettraient pas les pieds, trop dangereux.»

«Non seulement les documents se dégradent au jour le jour, mais nous courons également le risque d’une catastrophe complète», s’inquiète l’archiviste. Au point que la situation est considérée comme un «risque majeur» par l’Etat. Outre la menace qui pèse sur des documents historiques, les Archives assurent aussi la sécurité du droit en abritant notamment les actes d’état civil.

Le don de Wilsdorf

Le transfert des archives a toujours passé au second plan. Mais l’arrivée de la Fondation Hans Wilsdorf change la donne. Elle se dit prête à octroyer 25 millions de francs pour une opération qui en coûtera 53. «Je me réjouis de son implication, commente François Longchamp, président du Conseil d’Etat. Le déménagement des archives a souvent fait les frais d’arbitrages budgétaires, par manque d’argent. Cette fois, cet apport substantiel permet d’en faire un projet prioritaire.»

L’argent de ce mécène a été versé à une association récemment constituée: l’Avenir du passé. Elle sera présidée par Roger Mayou, actuel directeur du Musée international de la Croix-Rouge.

Après examen de différents sites, celui de l’Arsenal, à Plainpalais, a été retenu. Il présente plusieurs avantages, selon Michaël Flaks, de la Direction générale de l’intérieur. «Le bâtiment appartient à l’Etat, il est proche de l’Université et, dans la perspective du développement de la Praille, il se situe au cœur de la ville. Surtout, l’implantation des Archives dans un édifice historique prend tout son sens.» D’ailleurs, les Archives logent déjà dans les anciens arsenaux.

Accessible au public

Le projet ne se limite pas à stocker les archives. Il est prévu de les rendre davantage accessibles au grand public, en favorisant une mise en valeur moderne et vivante des documents. Cette réflexion sera pilotée par Roger Mayou, avec la participation d’un comité scientifique.

Cette démarche s’incarnera dans le bâtiment actuel. Après rénovation, il accueillera notamment des espaces d’exposition, ainsi qu’une salle de lecture, une bibliothèque et des salles de cours. Enfin, l’arrière de l’Arsenal, transformé en parc, sera rendu au public.

Pour les dépôts, il s’agira de construire deux sous-sols sous la cour. Ils offriront 6300 m2, soit 35 km de rayonnages, de quoi tenir jusqu’en 2050. Bien entendu, il a été tenu compte de la proximité de l’Arve (lire ci-dessous).

Compagnie de 1602

Un concours d’architectes sera lancé pour dessiner cette réhabilitation. La locataire historique des lieux, la Compagnie de 1602, sera maintenue dans ses locaux après les travaux.

La Fondation Hans Wilsdorf conditionne son don à un démarrage du chantier en 2020. Cela suppose que les dernières activités militaires à l’Arsenal soient déplacées à temps dans le futur centre militaire d’Aire-la-Ville. Si ce calendrier est respecté, les Archives pourraient intégrer le nouveau site en 2023.

Créé: 22.06.2016, 15h06

Articles en relation

La Ville de Genève fonde ses propres archives

1986 Il y a trente ans, Micheline Tripet devient la première archiviste de la Ville de Genève. Plus...

Genève en temps de guerre

Décodage Archives du CICR Il y a cent ans, l’action du CICR plaçait le canton au cœur du premier conflit mondial. Plus...

Comment défier l’Arve

Entreposer les archives au bord de l’Arve, est-ce bien raisonnable? C’est évidemment la question qui s’impose. La crue du mois de mars 2015 est encore dans les mémoires, elle avait par endroits poussé la rivière hors de son lit.
«Cette contrainte est tout à fait maîtrisable», rassure Patrick Mollard, chef de projet à l’Office des bâtiments. Pour se protéger des infiltrations par le bas et les côtés, on va pratiquer un cuvelage. En clair, l’extérieur des murs de béton sera bardé d’une couche d’étanchéité. «C’est une technique tout à fait courante pour se protéger des nappes phréatiques», assure l’ingénieur.

Il faudra aussi se prémunir des inondations, qui pourraient attaquer les archives par le haut. Pour cela, tous les accès seront surélevés. «Nous avons pris pour cela la crue tricentenale et avons ajouté un mètre de garde supplémentaire.» Par ailleurs, à l’intérieur des dépôts, les murs seront dégagés de tout rayonnage afin de pouvoir repérer d’éventuels dégâts. Ces éléments constructifs ne génèrent que des surcoûts très marginaux, indique Patrick Mollard, qui conclut: «Nous aurons un niveau de sécurité maximale.»



















































Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...