Les Archives d'État s'abriteront sous un nouveau parc

GenèveAu bord de l'Arve, l'Arsenal changera de visage en accueillant la mémoire millénaire de la Cité.

Pierre Fluckiger, archiviste d'État.

Pierre Fluckiger, archiviste d'État.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment concevoir un bâtiment accueillant pour le grand public tout en ayant les caractéristiques d'un bunker anti-atomique? C'est la gageure qu'ont relevée les gagnants du concours d'architecture organisé pour offrir un nouveau toit aux Archives d'État. Le nom des lauréats, choisis par un jury, a été dévoilé lundi. Il s'agit du bureau d'architectes lausannois Pont 12, allié à l'Atelier du paysage et au bureau genevois d'ingénieurs EDMS.

«Les Archives passeront d'un arsenal à un autre, note le conseiller d’État chargé des Bâtiments, Serge Dal Busco. Il y a quelque chose de symbolique à utiliser des bâtiments où on on déposait des armes pour protéger nos documents les plus précieux.» Aujourd'hui disséminées sur plusieurs sites, dont l'Ancien Arsenal voisin de l'Hôtel de Ville, les Archives doivent se regrouper à l'Arsenal du XIXe siècle, situé sur la rive droite de l'Arve. Le site sera bientôt libéré par les Affaires militaires avec l'édification de nouvelles infrastructures pour l'armée en périphérie. Les locaux actuels des archives n'offrent pas les conditions nécessaires pour préserver ces documents, plus que millénaires pour les plus anciens. «Ce patrimoine est actuellement en très grand danger», rappelle Pierre Fluckiger, archiviste d'État.

Le projet prévoit d'utiliser le bâtiment historique du quai Ernest-Ansermet, une fois rénové, pour héberger les lieux ouverts au public (salles de consultation, d'exposition et de conférence), ainsi que les bureaux de l'équipe d'archivistes, tandis que le stockage proprement dit sera enfoui dans une structure à creuser sous la cour, laquelle sera transformée en parc public.

Formé de deux niveaux souterrains, ce nouvel entrepôt offrira 50 kilomètres de rayonnage: de quoi voir venir puisque les archives, en leur état actuel, en occupent 30. Le nouvel écrin doit résister à la fois à la pression du terrain et des immeubles environnants, aux débordements de l'Arve voisine ou encore à une déflagration atomique. Raison pour laquelle il est doté d'une double paroi, séparée par un vide chargé de «piéger» l'éventuelle goutte d'eau qui aurait osé s'y aventurer. Sécurité additionnelle face à une inondation: l'escalier menant à ce souterrain disposera d'une issue surélevée par rapport au niveau du sol, formant ainsi une sorte de sas.

Prenant la place de ce qui ressemble aujourd'hui à un parking peu avenant, le parc qui surmontera les archives sera lui surélevé par rapport au sol, de quoi laisser une profondeur de terre d'un mètre et demi, largement suffisante pour assurer la croissance de l'arborisation, selon ses concepteurs. On prévoit d'y planter une grosse centaine de spécimens, des arbres de neuf espèces indigènes (sorbiers, chênes, pins...) et un sous-bois comportant notamment des fougères et des hyacinthes.

Le tout coûtera une cinquantaine de millions, dont la moitié est offerte par la Fondation Wilsdorf, liée à Rolex, agissant au travers d'une association ad hoc nommée «L'avenir du passé». «Sans cette aide, on aurait sans doute dû envisager un simple bâtiment fonctionnel de type industriel», commente François Longchamp. Le président du Conseil d’État salue «l'attachement hors du commun de cette fondation au patrimoine genevois». Seules conditions fixées: le chantier doit démarrer au plus tard en novembre 2020 et le budget doit être tenu. «Notre seule finalité est que la mémoire de notre ville soit conservée dans les meilleures conditions pour le futur, que les archives soient en quelque sorte bunkerisées, mais aussi ouvertes à la Cité, commente François Dieu, représentant de L'avenir du passé. Notre association n'a pas vocation à se substituer à l'État mais à être un catalyseur.» Prochaines étapes pour les responsables du projet: les autorisations de construire, l'adjudication des travaux ainsi que l'obtention au Parlement d'un crédit de construction pour la part cantonale du financement.

(TDG)

Créé: 12.03.2018, 15h11

Articles en relation

Menacées, les Archives d’Etat obtiennent un hôtel à l’Arsenal

Patrimoine Le patrimoine est stocké dans des sites vétustes. Il aura enfin droit à un bâtiment propre à la rue de l’Ecole-de-Médecine pour 2023. Plus...

L’Etat stockait nos archives au fond d’une grotte

Notre histoire Bien avant le nouveau projet d’Hôtel des Archives, elles se trouvaient sous la tour Baudet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone
Plus...