Un architecte star donne sa vision d’un pont lacustre

Traversée du lacPointure mondiale, Santiago Calatrava a imaginé quatre variantes pour le conseil chargé de choisir entre un pont ou un tunnel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Voici donc à quoi pourrait ressembler un nouveau pont sur le lac. Cette vision, signée des bureaux du célèbre architecte et ingénieur hispano-suisse Santiago Calatrava, a été offerte le 15 mars aux 22 membres du conseil consultatif Traversée du lac. Formé de représentants de partis, de communes et de la société civile, cet organe a été nommé par le Conseil d’Etat pour répondre, d’ici au mois de septembre prochain, à la version genevoise d’une question shakespearienne: pont ou tunnel? En clair, ils doivent formuler un avis sur la typologie qu’adopterait, dans sa partie lacustre, le bouclement autoroutier que le peuple a plébiscité à 62,8% en juin 2016, s’il se réalise un jour.

Impact paysager

Ce 15 mars, le conseil a aussi auditionné un expert zurichois des tunnels immergés, Marco Ramoni. Selon des sources concordantes, sa présentation a été forcément moins visuelle et plus technique quant aux méthodes possibles pour franchir un site réputé difficile. Concepteur d’une bonne trentaine d’ouvrages d’art spectaculaires à travers le monde, dont un pont sur le Grand Canal de Venise, Santiago Calatrava avait des arguments plus éblouissants dans sa besace.

«Quand on évoque l’impact sur le paysage des différents types de traversée, l’incidence d’un pont est évidemment majeure, commente Raymond Loretan, président du conseil consultatif. Voilà pourquoi il est intéressant de voir à quoi pourraient ressembler différentes variantes de ponts sur le lac. Quatre maquettes nous ont été présentées, mais il aurait pu y en avoir une quinzaine, l’important étant avant tout de se faire une idée. De toute façon et le moment venu, le projet sera mis au concours. Pour ma part et à ce stade, je reste impartial quant au choix final entre un pont et un tunnel. Le conseil est encore en phase d’études.»

Le conseiller d’Etat chargé des Transports a lui aussi assisté à la présentation. «C’était impressionnant, la proposition alliait aussi bien les atouts d’un pont que d’un tunnel, témoigne Luc Barthassat. Mais rien n’est arrêté pour le moment.»

«Des frigos aux Esquimaux»

Les membres du conseil sont tenus au secret de fonction. Une source interne nous livre, sous le sceau de la confidence, que l’exposé de Santiago Calatrava ne s’est guère embarrassé de développements techniques, à la différence de l’expert tunnelier. «C’est un artiste qui vendrait des frigos aux Esquimaux, plaisante cette source. Certaines variantes présentées, où le pont émerge au milieu du lac, cumulent les difficultés propres aux deux types d’ouvrage. Les images qu’on nous a présentées ne changent rien aux écueils connus de la traversée du lac et de sa poursuite au travers de la Rive gauche.» Sans compter la Rive droite: l’Exécutif de Bellevue, où se trouverait l’accroche, s’oppose à un pont, par crainte des nuisances sonores.

D’un expert à l’autre

Les images présentées le 15 mars contrastent en tout cas avec les options qui se dégageaient d’une expertise remise en 2011 à l’Etat. Sans exclure un tunnel de type immergé, ce rapport soulignait le point négatif découlant d’une telle option, soit «le traitement et l’évacuation de millions de mètres cubes de vase et de limon». Les relevés ont montré que le lit du lac est formé par une couche de vase liquide d’une épaisseur allant jusqu’à 30 mètres, suivie de limon mou sur une épaisseur de 15 à 55 mètres. Seule la Rive droite présente des appuis solides proches de la surface.

La traversée en pont apparaissait dès lors comme «moins aléatoire», selon ces auteurs. Cette expertise mettait en avant un ouvrage haubané à six piliers qui s’accrocherait à une île artificielle au large de la Rive gauche et à un promontoire flanqué d’un port au Vengeron. Mais il excluait un pont suspendu dont le pilier en Rive droite aurait crevé de plus de 90 mètres le plafond aérien, c’est-à-dire le périmètre de sécurité pour les approches de l’aéroport. (TDG)

Créé: 22.03.2017, 20h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Schneider-Ammann s'en va
Plus...