Arbracadabra! Dispersés à Plainpalais, les voici forêt

Marronniers de la plaineAlors, ce copier-coller arboré venu du centre-ville fait-il rêver les sportifs de Vessy? Certains, pas tous.

Chaque arbre dispose de quatre tuteurs disposés en trapèze contre le tronc afin de prévenir la prise au vent. Si la météo se montre printanière, les premières feuilles devraient rapidement apparaître, au même titre que la prairie fleurie.

Chaque arbre dispose de quatre tuteurs disposés en trapèze contre le tronc afin de prévenir la prise au vent. Si la météo se montre printanière, les premières feuilles devraient rapidement apparaître, au même titre que la prairie fleurie. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lâcher de glands magiques au bord de l’Arve, comme dans Le domaine des dieux d’Astérix et Obélix? Si l’on veut, sauf que les chênes de la bande dessinée sont ici des marronniers. Une quarantaine de spécimens de cette essence ont en effet poussé comme par miracle entre le pont de Vessy et les terrains de foot du centre sportif. Pour qui a manqué l’étape spectaculaire de leur transplantation récente – tous viennent en droite ligne de la plaine de Plainpalais –, le rendu visuel de ce copier-coller arboré surprend en effet. D’autant que les panneaux explicatifs plantés à l’entrée et à la sortie du site n’expliquent rien. Citation fumeuse: «La Ville aménage. Travaux en février et mars 2017. Il est recommandé de traverser le secteur du chantier avec prudence. Merci de votre compréhension.»

Non merci, on ne comprend rien. Un contremaître, vite. Il descend de son tracteur et répond aimablement à l’ignorant: «Les promeneurs et coureurs à pied s’arrêtent volontiers et nous posent des questions sur la provenance des arbres.» Comme sur l’entretien qui leur est réservé. Réfléchi et soigné. Le séjour, ici, tient de la clinique de réadaptation, en classe privée. Chaque tronc dispose de son arrosage personnalisé (du goutte-à-goutte invisible à l’œil). Chaque tronc est habillé jusqu’à la couronne d’une cannisse en nattes de jonc, afin de prévenir les coups de soleil, vu que l’orientation du transplanté n’est pas la même que sur la plaine. Cette occultation naturelle permet de prévenir les expositions trop fortes.

Chaque tronc dispose de quatre tuteurs disposés en trapèze (protection mécanique contre la prise au vent). Chaque tronc, enfin, reprend goût à la vie racinaire dans une terre franche, bien calé dans une grosse cuvette de copeaux (du bois déchiqueté).

C’est le principal paysagiste de la place, Jacquet, qui signe cette replantation dans les règles de l’art. Un mandat sur cinq ans, avant de rendre les clés de la forêt au Service des espace verts. Optimisme confirmé du directeur adjoint de l’entreprise, Jean-Jacques Mulhauser, déjà rencontré au début du mois lors du transfert ville-campagne. Citation transparente: «Nous sommes confiants sur la réussite de cette opération. Plus de 90% des arbres transplantés vont certainement vivre.»

Les bourgeons bien gonflés, les racines concentrées rendent sereins les spécialistes de l’entretien qui, au seuil du week-end, achevaient de semer sous le soleil une prairie fleurie. Tous? Non. Dans les sous-bois, le débat dendrologique fait rage. «Ces arbres ont 75 ans d’âge à l’échelle humaine. Ils sont vieux et malades. Dans les trois ans à venir, 75% d’entre eux vont mourir», lâche une voix experte qui ne veut pas être nommée. Elle ajoute: «D’un point de vue agronomique, cette transplantation est une bêtise absolue.» Une bêtise à 190 000 francs.

Créé: 19.03.2017, 16h35

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...