Une application vise les déchets sauvages

SolutionsUne application permettra bientôt d'aider chacun d'entre nous au tri des déchets.

Où se situe le point de tri le plus proche? C’est une des questions auxquelles pourrait répondre la future application Net’Léman.

Où se situe le point de tri le plus proche? C’est une des questions auxquelles pourrait répondre la future application Net’Léman.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ramasser des déchets dehors et les mettre à la poubelle, c’est déjà bien. C’est donner un coup de pouce à la Voirie. Cela dit, grâce à la future application Net’Léman, on devrait pouvoir faire bien mieux. Car les collectivités ne trient pas les déchets abandonnés dans l’espace public. Son nom est tiré de l’opération de grand nettoyage du lac, organisée depuis 2005 une fois tous les deux ans (prochaine édition les 16 et 17 mai 2020) par l’Association pour la Sauvegarde du Léman, sur plusieurs sites suisses et français. Et elle a besoin de 50 000 francs de financement participatif pour voir le jour.

Pour toutes les personnes qui ne souhaitent pas attendre l’événement biennal, mais qui veulent s’impliquer plus souvent dans la démarche, l’application devrait fournir une aide utile et surtout une perspective à long terme.

Les individus ou les groupes, lors de ramassages spontanés ou organisés, auront à disposition des informations sur le tri des déchets et les points de recyclage à proximité. «On sait tous que le PET va avec le PET et le verre avec le verre, mais certains déchets sont moins faciles à identifier, on hésitera plus devant une bouteille en PP, explique Amanda Melis, initiatrice du projet. Cela permettra d’affiner le tri.» Le futur outil digital devrait aussi proposer des solutions de transformation des déchets en produits de qualité ou d’utilité supérieure, c’est l’«upcycling» ou «surcyclage».

Trouver la source des déchets

Les utilisateurs seront incités à entrer certaines données (type de déchet, type de sol, météo) afin d’établir, au bout de trois ans, des statistiques précises sur la source et le flux des déchets. Ces données alimenteront des recherches scientifiques. Elles seront notamment analysées par la Haute École d’ingénierie du canton de Vaud. «On a eu des échos de la présence de nombreux cotons-tiges à Villeneuve, illustre Amanda Melis. Si cela se confirme par les données, on pourra se demander pourquoi et essayer de remonter à la source du problème. Le but final est d’amener des solutions, pas simplement de nettoyer.» Les actions de l’association pourront aussi mieux être ciblées grâce à l’analyse des données.

Sans parler des diverses fonctionnalités plus ou moins narcissiques de partage en communauté, publication de photos ou comparaison de résultats par rapport aux autres profils enregistrés.

Le financement participatif propose des contreparties variées, comme des initiations à la plongée, des tours en pédalo, à wake-surf ou du paddle, ou encore des billets pour des festivals comme le Montreux Jazz ou Caribana.

Un kit de nettoyage

L’ASL a également développé un kit de nettoyage en parallèle afin de «faciliter le passage à l’action», composé d’un sac en voile recyclée, d’une paire de gants biodégradables, d’un cendrier de poche et deux sacs poubelles.

En presque quinze ans d’existence, l’opération Net’Léman a déjà permis de récolter plus de 100 tonnes de déchets grâce à des plongeurs et des volontaires à terre. «À Genève, dans l’ensemble de la ville, l’été, on peut compter jusqu’à 500 kg de déchets jetés au sol en une heure», estime Cédric Waelti, en charge de la communication du Département de l’environnement urbain.

Créé: 01.05.2019, 07h31

Le problème

L’opération Net’Léman, encadrée par une association, n’a lieu qu’une fois tous les deux ans. Pour tous ceux qui veulent s’impliquer plus régulièrement, il manque un outil qui regroupe toutes les informations, afin d’être autonome et efficace dans le ramassage de déchets et de disposer de statistiques à analyser. S.S.

Articles en relation

Le nettoyage lacustre, une initiative collégienne et spontanée

Environnement Yana, Yasmina et Raquel ont lancé il y a trois semaines l’association Plastic Geneva. Elles se retrouvent une fois par semaine pour ramasser des déchets, notamment au bord du lac. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.