Anouk Faure transmet la fièvre du padel

Nouvelle vagueSes adeptes disent que le padel est plus ludique que le tennis classique. Rencontre avec Anouk Faure et son père, Manuel, tous deux investis dans la promotion de ce sport.

Anouk Faure (au centre) fait partie des meilleures joueuses suisses de padel.

Anouk Faure (au centre) fait partie des meilleures joueuses suisses de padel. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le padel connaît depuis quelques années un fort développement en Suisse: alors que le pays n’accueillait qu’un seul terrain dédié en 2010, on recense aujourd’hui une trentaine de «pistes» et une vingtaine de clubs consacrés à ce sport combinant des éléments du tennis et du squash. Parmi ses plus fervents promoteurs figure la Genevoise Anouk Faure.

La jeune femme de 31 ans a découvert le padel aux États-Unis, où elle a étudié le design et l’architecture d’intérieur. Depuis, Anouk a totalement délaissé le tennis – elle a fait partie des 100 meilleures joueuses suisses – pour cette nouvelle discipline disputée en double, qu’elle juge «plus ludique et conviviale». Elle se distingue régulièrement dans le championnat suisse, dont le classement est mixte, avec sa partenaire de jeu Stefania Boffa.

Sa passion sportive la pousse aussi à s’investir au sein de l’association Swiss Padel, en tant que responsable de formation. La majorité des joueurs actuels se situe dans la tranche d’âge de 25 à 45 ans. D’où le souhait de renforcer les rangs des jeunes générations avec une offre de cours dédiée aux enfants et adolescents. «Je suis très contente de pouvoir développer cet aspect parce que nous n’avons pas encore beaucoup d’entraîneurs et j’aimerais faire en sorte que ce sport soit le plus accessible à tous.» Une série de cours de moniteur de niveau 1 a été organisée cette année, «une première en Suisse».

Anouk Faure s’est établie depuis peu en Espagne, pays d’origine de son mari, où l’on compte désormais 3,5 millions pratiquants de padel, davantage qu’en tennis! «C’est vraiment le sport du moment ici. Pour les femmes, l’Espagne est le pays qui offre le plus de possibilités de s’entraîner et de faire de la compétition de haut niveau.» La jeune femme revient cependant en Suisse toutes les trois ou quatre semaines pour apporter son aide lors des événements de l’association faîtière.

Elle a aussi transmis le virus à son père Manuel. Ce dernier envisage ainsi de créer une association genevoise de padel d’ici à cet automne. «L’idée est de fédérer les clubs existants et d’avoir une entité pour représenter notre sport, notamment face aux autorités.»

Sur internet: www.padelfirst.ch

Créé: 25.06.2019, 11h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...