Passer au contenu principal

Pourquoi Annemasse perd ses clients genevois

Les commerçants de la principale zone de chalandise du Grand Genève souffrent. À cause de la faiblesse du franc, des travaux et de la hausse des tarifs des parcomètres.

À l’entrée de la rue du Parc, cet important rondeau sème la confusion.
À l’entrée de la rue du Parc, cet important rondeau sème la confusion.
Georges Cabrera

Les commerçants d’Annemasse sont inquiets. C’est comme si le ciel leur était tombé sur la tête. Les bruyants travaux de réalisation du tram qui devrait relier, dans deux ans et demi, la douane de Moillesulaz au centre de la plus importante ville française de la couronne genevoise donnent la migraine aux habitants de la rue de Genève. Et des cheveux blancs aux commerçants. Ajoutez une forte hausse du tarif des horodateurs et des amendes, et un franc affaibli: vous avez tous les ingrédients pour faire naître une grogne. Présidente de la principale association de commerçants de la ville, Maïca Désormière indique que depuis que les travaux ont touché le centre et la gare et que les parcomètres font office de repoussoirs, «les chiffres d’affaires ont baissé de 30%». La force de l’euro pèse encore plus pour les enseignes qui s’appuyaient sur une clientèle helvétique. «Les commerces pratiquant les détaxes douanières ont enregistré une chute de leurs revenus encore plus importante, de l’ordre de 40 à 50%», ajoute la Française.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.