Les anciens conseillers d’Etat en charge du DIP disent n’avoir été avertis de rien

Affaire RamadanDominique Föllmi, Martine Brunschwig Graf et Charles Beer tombent des nues.

Le Département de l'instruction publique dit n'avoir pas eu connaissance des agissements de Tariq Ramadan lorsqu'il enseignait à Genève.

Le Département de l'instruction publique dit n'avoir pas eu connaissance des agissements de Tariq Ramadan lorsqu'il enseignait à Genève. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tariq Ramadan enseignait à Genève de 1984 à 2004, de façon discontinue, période durant laquelle il a entretenu des relations sexuelles avec des élèves, selon plusieurs témoignages. Le Département de l’instruction publique (DIP) le savait-il? Non, affirment les conseillers d’Etat qui s’y sont succédé, Dominique Föllmi (1989-1993), Martine Brunschwig Graf (1993-2003) et Charles Beer (2003-2013). «Aucune rumeur, même la plus légère, n’est remontée au sujet de M. Ramadan, explique Dominique Föllmi. A l’époque, mon souci à son égard, c’était plutôt de m’assurer qu’il respectait la neutralité scolaire, car je connaissais son charisme et son histoire familiale. Si cette histoire est vraie, elle est vraiment inimaginable. D’autant plus de la part d’un musulman rigoriste.»

Martine Brunschwig Graf avait-elle entendu des rumeurs? «Non, pas au sein du DIP. Si j’avais été mise au courant, il se serait passé ce qui s’est passé dans bien d’autres cas: il y aurait eu enquête, établissement des faits, sanctions administratives et dénonciation à la justice le cas échéant. Durant mes fonctions, j’ai eu à traiter une dizaine de cas plus ou moins graves pour tous les ordres d’enseignement. Les dénonciations peuvent venir de l’extérieur et parfois bien après les faits. Dans un cas, la victime a attendu la prescription avant de nous alerter. Elle ne voulait pas envoyer en prison son ancien enseignant. Nous avons malgré tout licencié ce dernier.»

Charles Beer explique n’avoir jamais été saisi du moindre avis ou de la moindre dénonciation relative à Tariq Ramadan. «En cas de problème, dit-il, l’affaire aurait évidemment été dénoncée à la police, car il y a une obligation de dénonciation pour tout soupçon. En parallèle, il y aurait eu une enquête administrative. Le DIP doit être intransigeant sur ce genre d’affaire pour qui que ce soit. Il doit suivre la procédure et la rappeler sans cesse.» Les anciens magistrats s’accordent sur ce thème: «Le département, résume Martine Brunschwig Graf, doit rappeler officiellement que signaler n’est pas dénoncer; c’est une obligation qui permet ensuite à l’autorité scolaire d’enquêter et, le cas échéant, de prendre les mesures nécessaires, y compris celle de dénoncer à la justice.»

Que pense Anne Emery-Torracinta, actuelle détentrice du DIP? Contacté, le département n’a pas souhaité réagir. (TDG)

Créé: 05.11.2017, 23h02

Articles en relation

Malaise des musulmans après les nouvelles révélations contre Tariq Ramadan

Réactions Des anciennes élèves révèlent avoir été harcelées par le Genevois. Dans la communauté, on peine à y croire. Plus...

A Genève, le professeur Tariq Ramadan séduisait ses élèves mineures

Enquête D’anciennes élèves du Genevois, qui a enseigné des années au cycle et au collège, révèlent avoir été harcelées et même avoir eu des relations sexuelles avec lui, sous son emprise. Plus...

Tariq Ramadan dépeint en violeur cruel

L'affaire L'une des accusatrices de l'islamologue suisse dresse un sombre portrait. Témoignages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

De nombreux morts dans un attentat en Egypte
Plus...