L'ancien maire de Veyrier défie Antonio Hodgers

Grands EssertsThomas Barth a déposé une quinzaine d'oppositions de riverains qui se défendent d'être des «nimby».

Thomas Barth, ancien maire de Veyrier, défenseur des propriétaires riverains. Antonio Hodgers, chef du Département de l'aménagement, du logement et de l'énergie.

Thomas Barth, ancien maire de Veyrier, défenseur des propriétaires riverains. Antonio Hodgers, chef du Département de l'aménagement, du logement et de l'énergie. Image: DR et Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les élections municipales du printemps 2015 à Veyrier et plus récemment le classement par le procureur général Jornot des plaintes pénales pour gestion déloyale déposées par cinq conseillers municipaux contre l'ancien maire Thomas Barth, ont mis fin au bras de fer qui a longtemps opposé l'ex-magistrat PLR à tous les autres partis politiques de la commune. Mais le feu couve sous la cendre. La principale pomme de discorde, l'urbanisation des Grands Esserts, revient sur le devant de la scène avec le dépôt d'une quinzaine d'oppositions à la première étape d'aménagement du nouveau quartier qui devrait progressivement créer 1200 logement à côté de l'EMS de Vessy.

«La très grande majorité des propriétaires riverains que je représente a adressé son opposition directement au Conseil d'Etat», indique l'avocat, qui dit par ailleurs avoir mis une sourdine à ses ambitions politiques cantonales. «Le gouvernement a soixante jours pour statuer. Il sait que s'il adopte le PLQ, nous contesterons sa décision devant les tribunaux.» En clair, l'ancien maire menace de retarder le projet durant des mois voire des années. La détermination des riverains ne va pas faire les affaires de la Caisse de retraite des fonctionnaires genevois. La CPEG a reçu les terrains des Grands Esserts de l'Etat, dans le cadre des opérations liées à sa consolidation financière.

Défenseur des «nimby»

Thomas Barth n'a pas ménagé ses efforts pour faire connaître sa nouvelle croisade. Léman Bleu, un blog et, ce lundi, Tout l'Immo, dont il a tweeté l'article dimanche. Il y annonce également recourir contre le projet de l'Hospice général d'installer sur le site un village provisoire pour quelque 500 requérants d'asile.

Ses arguments, eux, n'ont pas changé. Pour l'ancien magistrat PLR, Antonio Hodgers a violé l'accord signé par François Longchamp et la Commune en 2012. Il jure que ses mandants ne sont pas contre l'urbanisation des Grands Esserts, mais contre le phasage des projets. On n'est cependant pas loin de la posture «nimby» («Not in my back yard»/«Pas dans mon jardin»), quand on prend connaissance de l'état d'avancement du dossier au niveau du DALE (voir encadré).

Les Grands Esserts, un quartier enclavé

L'urbanisation des Grands Esserts est inscrite dans la planification cantonale depuis des décennies. Mais la création d'une cité dans cette enclave agricole, coincée entre le val d'Arve et une immense zone villas et mal reliée au réseau cantonal des routes et des transports publics, n'était pas une priorité de la commune. Réactualisé par Robert Cramer (dans le cadre du Projet d'agglo franco-valdo-genevois), puis par Mark Muller dans le cadre du Plan directeur cantonal, l'aménagement des Grands Esserts a finalement été «pacifié »par François Longchamp. Durant son intérim à la tête du Département de l'urbanisme, l'actuel président du Conseil d'Etat avait signé une «armistice» en convenant avec Thomas Barth d'un développement en deux grandes étapes: 800 logements à bâtir avant 2026, 400 après 2030 et la mise en service effective de deux bus à haut niveau de service (BHNS) dès l'emménagement du premier habitant. La première étape jusqu'en 2026 était elle-même découpée en trois phases.

«Ce qui fâche aujourd'hui les riverains, dit Thomas Barth, c'est la décision d'Antonio Hodgers de scinder la première phase en deux tranches, pilotées chacune par un plan localisé de quartier (PLQ) spécifique.» Le premier PLQ porte sur une barre de six étages de 130 mètres de long – 225 logements – située en face de l'EMS de Vessy et à plus de 100 mètres des premiers riverains, une distance qui juridiquement peut les priver de tout droit à recourir. Le centre commercial des Beaux-Champs et 60 autres logements devant faire l'objet d'un second PLQ.

Un saucissonnage discutable

Ce saucissonnage a pour effet, dénonce l'ancien maire, de minimiser le problème majeur de l'urbanisation des Grands Esserts: son désenclavement. Les 1200 nouveaux logements et le centre commercial vont évidemment générer un trafic sur des routes qui sont déjà bloquées aux heures de pointe. Il met aussi en péril la construction d'un centre commercial, craint Thomas Barth, qui soupçonne Antonio Hodgers de ne point en vouloir. Il vide en outre de sens une initiative communale lancée par le PLR en 2014 pour soutenir le point de vue du maire d'alors.

Le nouveau maire de Veyrier, Raymond Gavillet, qui n'a encore eu aucune connaissance officielle des opposants, balaie ces arguments. Le réseau des bus à haut niveau de service sera prêt à temps, assure le magistrat PDC. L'un reliera les Grands-Esserts à la gare CEVA de Champel via le pont de Vessy, l'autre Veyrier à la gare CEVA du Bachet-de-Pesay via les Grands-Esserts, Pinchat et Carouge.

Thomas Barth n'en croit rien: «Nous n'avons aucune garantie à ce sujet. Et ce n'est pas l'élargissement de la route de Veyrier sur 400 mètres au niveau du nouveau quartier qui vont améliorer l'accès à Carouge. Le pont de Vessy et la montée en zigzag depuis le Bureau des autos resteront des obstacles insolubles.» Le pont de Vessy est classé et ne peut donc pas être élargi, confirme le Département d'Antonio Hodgers. Quant au bus vers Carouge, il rejoindra le Rondeau via Pinchat. Il n'est donc pas prévu d'élargir la route de Veyrier.

Quant à l'initiative populaire, le maire Gavillet rappelle qu'elle ne porte que sur un préavis. A Genève, en effet, le Canton a les pleins pouvoirs en matière d'aménagement du territoire. Il indique que le texte est actuellement examiné par le Conseil municipal et qu'il sera soumis aux Veyrites sans doute cet automne. (TDG)

Créé: 26.01.2016, 16h51

Le centre commercial sera ouvert en 2021

Le Département de l'aménagement du logement et de l'énergie (DALE) explique que la scission de la première étape en deux tranches résulte de la bonne exécution de l'accord Longchamp-Barth, lequel exige que le premier coup de pioche pour la construction de logement intervienne en 2018. Les autres lots suivront rapidement.

La pièce urbaine n° 2 Beaux – Champs qui porte sur 80 logements et un centre commercial fera l'objet d'un PLQ cette année. Un accord entre l’Etat et la Caisse de pension des fonctionnaires a été scellé fin 2015. Ainsi, la CPEG se portera acquéreuse des droits à bâtir commerciaux et administratifs, en plus des logements. La CPEG lancera un concours d’architecture prochainement. L'enquête publique est prévue en septembre 2016. le centre commercial pourra être ouvert en 2021, soit environ un an après l’arrivée des premiers habitants de la pièce n°1, souligne un porte-parole du DALE. (JFM)

Articles en relation

Zizanie à Veyrier, Olivier Jornot siffle la fin du match

Gestion déloyale Le Parquet classe la procédure ouverte contre l’ex-maire Thomas Barth après la bisbille qui a déchiré la Commune. Plus...

Le Conseil d’Etat inflige un blâme à Thomas Barth

Veyrier Le maire de Veyrier dénonce une cabale et attaque Antonio Hodgers Plus...

Un ancien conseiller d’Etat mène la lutte anti-Barth

Veyrier L'opposition a dénoncé au Conseil d'Etat les méthodes du maire PLR. Le magistrat a riposté en portant plainte. Plus...

L'initiative consultative sur les Grands-Esserts a abouti

Veyrier Le Conseil d’Etat a constaté l’aboutissement de l’initiative communale sur le projet d'urbanisation. Plus...

Trois procédures disciplinaires frappent l’Exécutif de Veyrier

Grands-Esserts Le Conseil d'Etat lance trois enquêtes distinctes. Sont concernés Thomas Barth, Luc Malnati et Marlyse Rostan-Aebersold. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...