Ana Roch quitte la présidence du MCG

InterviewLa députée et conseillère municipale ne se représente pas. Francisco Valentin devrait lui succéder.

Ana Roch déclare ne plus avoir le temps de mener de front la présidence du MCG et ses autres activités.

Ana Roch déclare ne plus avoir le temps de mener de front la présidence du MCG et ses autres activités. Image: Georges Cabrera / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 5e parti du canton va changer de président. Ana Roch, députée et conseillère municipale de Vernier, lâche la barre. Jeudi soir, Francisco Valentin, unique candidat en lice, devrait lui succéder. Au cours des trois ans de règne d'Ana Roch, le Mouvement citoyens genevois (MCG) s'est affaibli suite aux polémiques liées au départ d'Éric Stauffer et à la concurrence avortée de Genève en marche. Les querelles internes n'ont pas manqué. Seule consolation: la brillante réélection de son magistrat Mauro Poggia. Interview.

Ana Roch, pourquoi quitter la direction du MCG?
Pour diverses raisons, notamment personnelles. Je vais commencer une formation en droit à l'Université et n'aurai pas le temps de mener de front toutes mes activités. Mais je reste naturellement députée et conseillère municipale: je ne quitte pas le MCG et ne regrette pas du tout les trois ans passés à sa tête. Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter.

Francisco Valentin devrait vous succéder. Quels sont les qualités d'un bon président du MCG?
Je suis très contente que Valentin me succède. C'est mon vice-président et il a toutes les qualités pour ce poste: l'expérience politique, puisqu'il est député suppléant et conseiller municipal, et les qualités humaines. Au MCG, il faut avoir du répondant. À l'interne, c'est difficile, car les courants sont divers. Il faut donc réussir à créer une alchimie, bâtir des consensus.

Sous votre règne, le MCG a eu moins de succès et perdu des sièges. Pourquoi?
Les élections ont été difficiles. Il y a eu beaucoup d'attaques liées au départ d'Éric Stauffer et au lancement de sa formation. On savait que ce serait dur et ça l'a été. On s'est battu avec les armes qu'on avait. Quand il y a une victoire, c'est grâce au parti, quand il y a une défaite, c'est de la faute du président. Mais je ne regrette rien et le MCG a de l'avenir..

Votre parti est devenu moins antifrontalier, plus souvent allié avec la gauche...
C'est une inflexion que j'ai voulue. Je n'ai jamais été antifrontalière. Je suis pour l'aide aux résidents, la préservation du pouvoir d'achat des Genevois, y compris de la fonction publique. C'est la même chose dite autrement. Nous votons aussi souvent avec la droite. Mais le MCG n'est pas aligné sur le dogme gauche-droite.

Le MCG a été peu virulent lors de l'affaire Maudet. Pourquoi?
Dès le début de la législature, j'ai dit que Pierre Maudet ne devrait pas avoir la présidence vu les affaires qui se profilaient. On a aussi dénoncé ses mensonges, mais je n'ai pas voulu tirer sur l'ambulance. À la justice de faire le travail.

Le parti a enregistré des démissions ces temps. Des plaintes ont été déposées...
Le MCG compte 1400 membres. Il y a eu quelques démissions, mais pas de crise interne. (TDG)

Créé: 14.03.2019, 12h01

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le président du Kazakhstan part, la capitale prend son prénom
Plus...