Passer au contenu principal

L’aménagement de la rade suscite une avalanche d’idées

Septante bureaux d’architectes ont soumis leur projet au concours organisé par la Ville. Résultat au début de mai.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier.
Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier.
Laurent Giraud

La rade inspire. On l’a vu au XXe siècle, quand l’homo automobilis a échafaudé toutes sortes de projets pour la traverser. Passé le IIIe millénaire, cet espace cher aux Genevois agite toujours les esprits. Mais cette fois, c’est pour le rendre plus convivial. La preuve? Le concours d’idées lancé par la Ville cet automne pour son réaménagement.

Les candidats avaient jusqu’à vendredi passé pour déposer leur dossier. «Septante bureaux d’architectes ont décidé de participer, se réjouit le conseiller administratif Guillaume Barazzone, à l’origine de l’organisation du concours pour son année de Mairie. Je suis très content de ce fort engouement. Nous avons par ailleurs reçu plusieurs dossiers de bureaux étrangers.»

Le magistrat n’en dira pas plus. «Car je ne sais rien de plus. Je ne suis pas membre du jury, qui, comme c’est la règle, garde secrète la teneur des projets durant toute la phase d’examen.»

Exposition en mai

Le jury, présidé par l’architecte genevois Patrick Devanthéry, se réunira plusieurs jours à la fin du mois de mars. Les résultats seront rendus publics le 8 mai.

Tous les projets seront présentés à la population. Une exposition aura lieu à la salle du Faubourg, et peut-être aussi sur le pourtour de la rade. «Je souhaite que les Genevois puissent s’approprier la démarche et donner leur avis. Il est important que ce réaménagement suscite une discussion générale.»

La formule choisie pour ce concours est particulière. Il ne s’agit pas de sélectionner un projet parmi d’autres, mais de faire émerger des idées d’aménagement. Cela signifie que la Ville n’aura pas l’obligation de réaliser le projet lauréat (des prix en espèces seront distribués). «Nous pourrons nous inspirer de toutes les idées qui nous auront été soumises, explique le maire. Elles seront analysées et il y aura un débat au Conseil municipal.»

Plage des Eaux-Vives

Quand? Cela reste à définir. Le maire n’a pas fixé de calendrier précis et veut garder une certaine «flexibilité» dans la suite du processus. «De toute manière, c’est un travail de longue haleine.»

Des balises fixent toutefois l’avenir. La future plage des Eaux-Vives sera inaugurée en 2019, ainsi que le port qui lui est accolé. Ce dernier permettra de transférer les bateaux amarrés aux Eaux-Vives et de libérer les quais occupés par les dériveurs. Le chantier naval devrait aussi quitter les Eaux-Vives pour le Vengeron à une date encore indéterminée.

Autant de transferts qui offriront de nouveaux espaces. En février, des historiens ont fait part de leurs craintes vis-à-vis des atteintes possibles au patrimoine et aux usages habituels de la rade. «Ces associations, comme tous les Genevois, pourront s’exprimer à l’issue du concours. Ce dernier tient compte des aspects patrimoniaux. Mais il me semble que la rade ne répond plus aux besoins de la population et qu’elle dispose d’un fort potentiel d’amélioration.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.