L’Allondon a été polluée près d’un site du CERN

EnvironnementLes pêcheurs soupçonnent l’institution, qui n’y serait apparemment pour rien. En tout cas pas cette fois…

Des équipes du CERN auraient constasté des irisations sur un affluent de la rivière. L’organisation de recherche nucléaire affirme que la pollution vient d’un particulier.
L.FORTUNATI

Des équipes du CERN auraient constasté des irisations sur un affluent de la rivière. L’organisation de recherche nucléaire affirme que la pollution vient d’un particulier. L.FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Circulez, il n’y a rien à voir! Jeudi 21 mai, tard dans la soirée, une pollution s’est produite dans un affluent de l’Allondon: le Lion, à Saint-Genis-Pouilly, en France voisine. L’incident est resté très confidentiel. Des pêcheurs l’ont découvert vendredi matin, en voyant le barrage flottant que les pompiers genevois du Service d’incendie et de secours (SIS) ont mis en place à titre préventif sur l’Allondon, près du pont de Moulin-Fabry, au-dessus de Satigny. Le dispositif est resté en place cinq jours. D’emblée, les associations de pêcheurs ont soupçonné le CERN, dont le site de Prévessin, qui borde le ruisseau du Lion, a déjà pollué deux fois ce cours d’eau ces derniers mois.

Partie de ping-pong

Il nous a fallu plusieurs jours pour remonter jusqu’à la source et trouver des personnes capables de nous expliquer ce qui s’était passé – et encore certaines ne le font que sous le couvert de l’anonymat. Responsables de la surveillance des cours d’eau, pompiers et gendarmes bottent en touche ou se renvoient la balle des deux côtés de la frontière.

Finalement, le premier à nous donner des éléments concrets de réponse est le capitaine Marc Feuardent, du SIS: «Vraisemblablement, la pollution vient du site du CERN. Nous avons très peu d’informations sur la nature du polluant, ce serait peut-être un solvant. Mais il ne s’agit pas de grandes quantités, seulement quelques litres ou dizaines de litres au plus. En tout cas, il n’y avait rien de visible dans l’Allondon.» Comme aucune analyse de l’eau n’a été faite, tant côté français que suisse, on ne saura jamais quel était exactement ce polluant.

Au CERN, l’attaché de presse, Arnaud Marsollier, n’est pas au courant de l’incident. Renseignements pris, il explique que la pollution ne vient en fait pas du CERN, mais d’un particulier en amont. «Suite à des émanations d’odeurs, nos équipes se sont rendues sur place et ont constaté des irisations sur l’eau. Elles ont mis en place un barrage flottant dans le Lion, puis averti les autorités françaises.» Celles-ci ont ensuite prévenu les pompiers genevois, qui ont placé leur propre barrage dans l’Allondon. Une source française officielle confirme ces dires, tout en souhaitant ne pas être citée. Elle insiste toutefois pour indiquer qu’il n’y a pas là sujet à polémique et ajoute que d’autres pollutions venant de particuliers se sont sans doute déjà produites sans qu’on en ait connaissance.

Ce n’est pas cela qui rassure les pêcheurs: «A chaque fois, le CERN dit qu’il n’y est pour rien!» tonne Roger Matty, président du Groupement des pêcheurs gessiens. Selon lui, on ne déplorerait pas de poissons morts cette fois, contrairement aux pollutions précédentes. «En septembre, j’ai compté mille truitelles mortes dans l’Allondon. Depuis dix ans, nous menons un travail de titan pour réintroduire des alevins, et tout cela part à la poubelle!»

Les pêcheurs pensaient pourtant qu’avec la construction de la station d’épuration du Bois-de-Bay il y a cinq ans, qui a permis de fermer deux stations françaises déversant leurs eaux dans l’Allondon, la situation s’améliorerait notablement. Mais ils sont déçus.

«Un Etat dans l’Etat»

Le CERN, qui admet deux cas de pollutions «raisonnables» (sic) en 2014, dont une fuite d’hydrocarbures, est-il responsable du mauvais état général de la rivière? «C’est difficile de savoir, lâche l’inspecteur genevois de la faune, Gottlieb Dändliker. Il y a des suspicions, mais rien de concret ou de prouvable. Le CERN est un peu un Etat dans l’Etat, c’est un grand mystère.» Arnaud Marsollier affirme que la situation est prise très au sérieux par le CERN, et que celui-ci s’est équipé de détecteurs d’hydrocarbures pour limiter la casse. (TDG)

Créé: 31.05.2015, 21h36

Carte

Articles en relation

«Le CERN solidaire face au drame qui l’endeuille»

Randonnée Six jours après une avalanche mortelle, le responsable de la section randonnée du Ski Club du CERN revient sur ce drame Plus...

Le CERN repart enfin à la chasse aux particules

Accélérateur LHC Après deux ans de travaux, le plus grand accélérateur de particules au monde va redémarrer. Grâce à une puissance presque doublée, il devrait permettre de percer les mystères de l’univers. Plus...

Le LHC redémarre au CERN

Physique nucléaire «Après deux années de travaux, le LHC est presque une nouvelle machine», s'enthousiasme le directeur des accélérateurs du CERN. Plus...

La CERN va rassembler chercheurs et visiteurs

Anniversaire Le 29 septembre 1954, la convention CERN ratifiée par douze états européens entrait en vigueur Plus...

Une découverte éclaire la formation des nuages

Découverte scientifique Selon l’expérience Cloud du CERN, les vapeurs émises par les arbres jouent un grand rôle dans la  création des nuages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...