Alcool et sexualité : cocktail explosif pour les ados

rapportLa FEGPA présente son premier rapport après la distribution de 30'000 BlackBox à Genève pour sensibiliser les jeunes aux comportements à risques.

Dans la classe d'âge des 10-23 ans, les admissions pour une intoxication ont augmenté de 73% entre 2003 et 2010.
Image: Keystone

Dans la classe d'âge des 10-23 ans, les admissions pour une intoxication ont augmenté de 73% entre 2003 et 2010. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La désinhibition provoquée par l’alcool modifie les comportements, et notamment les comportements sexuels. Les jeunes sont parmi les premières victimes de rapports non désirés ou violents.

La Fédération genevoise pour la prévention de l’alcoolisme (FEGPA) a présenté ce matin sa campagne de lutte contre les comportements sexuels à risque, associés à la consommation excessive d’alcool. Démarré en 2012, le projet porté par plusieurs partenaires sur le terrain consiste en la distribution d’une petite boîte contenant des préservatifs et un message de prévention. «30'000 Black box ont déjà été écoulées dans différents lieux fréquentés par les moins de 25 ans, explique Laurence Fehlmann Rielle, secrétaire générale de la FEGPA. Ce sont des jeunes, spécialement formés pour délivrer un message préventif à cette population à risque, qui distribuent les boîtes.» Une enquête menée en milieu festif, auprès de 274 jeunes de 14 à 25 ans, révèle des modifications de comportements. Et, après avoir bénéficié d’une BlackBox, certains fêtards témoignent d’une prise de conscience des dérives liées à la consommation d’alcool. «Il est encore tôt pour mesurer l’impact réel sur les comportements, relève Rémy Benoit, chargé de projet à la FEGPA. Mais que 20% des 274 jeunes interrogés assurent avoir changé de comportement et 8.9% diminué leur consommation d’alcool, est déjà positif.»

Pour Geneviève Preti, conseillère en santé sexuelle au planning familial des HUG, la démarche était indispensable. «Début 2011, nous avions recensé 90 consultations pour la pilule du lendemain dont plus de 5% étaient dues à une relation sexuelle, non volontaire, sous l’emprise de l’alcool.» Les adolescents, habitués des comportements à risques figurent parmi les premiers concernés. «C’est une période sensible et charnière, qui correspond à une prise d’autonomie et à l’affirmation de l’individu, poursuit Geneviève Preti . Cela peut passer par le sport, l’école, mais aussi souvent par la prise de différents risques, notamment dans les rapports sexuels.» (TDG)

Créé: 10.06.2014, 15h53

Articles en relation

Lancement d’une campagne «Alcool et Sexualité»

Jeunesse La Fédération genevoise pour la prévention de l’alcoolisme distribue des «blackbox» auprès des collégiens et universitaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...