Passer au contenu principal

Alain Delon répond à «L’illustré» et à son fils

L'acteur est choqué par l'interview de son fils Alain Fabien parue dans le magazine. Il répond dans notre journal.

Alain Langlois / AFP

Dans une interview à «L’illustré» parue il y a une semaine, Alain Fabien, fils d’Alain Delon, a donné sa vision des relations conflictuelles avec son père. A l’en croire, ces relations se sont encore sérieusement détériorées suite au coup de feu, qui a fait un blessé, survenu lors d’une soirée très arrosée organisée par Alain Fabien dans l’appartement de son père à Genève. Alain Delon, choqué par cette interview, répond ici au magazine dans une lettre ouverte cinglante.

«Monsieur le rédacteur en chef,

Il a malheureusement fallu que je finisse par prendre connaissance du réquisitoire soviétique que vous m’avez consacré dans L’illustré , dont le support journalistique se voudrait être les confidences recueillies auprès de mon fils Alain Fabien. A l’issue de cinquante-six ans de carrière, je suis naturellement au fait – pour en avoir été l’objet – des infamies médiatiques les plus obliques qui, sous couvert d’un illusoire devoir d’informer, labourent les caniveaux de mes circonférences au nom d’une spéléologie journalistique qui déshonore les auteurs et non leur cible. Même les plus déterminés d’entre eux s’érigeaient en guise d’ultime rempart de conscience l’obligation de recueillir au moins l’opinion de celui ou de celle qu’ils avaient soudainement vocation à dégrader. Ici, rien de la sorte, puisque nul n’a cru bon de m’interpeller pour préserver l’élémentaire garantie de la contradiction. Les propos tenus par mon fils égaré, en mal de références, sont suffisamment dépourvus de toute texture pour qu’il vous soit apparu que décider de les publier ex abrupto relevait d’une génuflexion de mauvais aloi à l’endroit de ce qui fleure bon le parfum du déchet d’agence ou du brouillon de salle de rédaction.

Loin d’être retenu par ce muret d’objections, vous vous y êtes complaisamment assis, postulant que la caricature du patronyme suffirait à occulter l’impureté de l’intention. Je tenais jusqu’ici L’illustré en estime, que je me représentais en décoction de Paris Match plutôt qu’en photocopie d’Ici Paris . Cependant: pas une concession à la vérité, pas une seule au débat d’idées tel que l’amorce Nathalie Rheims dans les colonnes du Point – voir lepoint.fr Si votre mission était d’épancher au peuple suisse qu’être le fils d’Alain Delon équivaut au chemin de croix et au calvaire, vous retiendrez qu’à cause de vous et de vos pareils, être le père du fils d’Alain Delon ne vaut guère mieux. Sans amertume ni acrimonie, je vous dis ici ma déception et mon dégoût qui me donnent à penser que lorsque je pris en 1983 la décision de m’établir dans votre pays pour concourir dans ma modeste mesure à ses activités économiques et culturelles, je pensais changer d’horizon et de niveau de pensée alors que je ne faisais que sortir de la fange pour plonger dans la fosse septique.

Enfin, qu’il soit dit que j’ai pour mon fils toute la tendresse qu’un père se doit d’avoir pour son enfant. Il ne connaîtra, lui, ni l’adversité, ni les ornières, ni les ronces aux travers desquels il m’a fallu, à 15 ans déjà, commencer à tailler ma propre route. Je forme le vœu que l’amour que je lui porte lui rende le destin plus léger, plus serein, et qu’il se sente conforté par l’existence d’un cadre familial de vie que j’ai toujours idéalisé sans le rencontrer.

Je vous prie de recevoir l’expression de mes sentiments parfaitement consternés.»

Alain Delon

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.