Meurtre d'Onex: le suspect raconte son crime

GenèveRebondissement dans la disparition d’une retraitée en 2015. Le suspect arrêté à l’époque est passé aux aveux

L'ainée vivait dans cet immeuble.

L'ainée vivait dans cet immeuble.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les enquêteurs étaient convaincus que B., 73 ans, n’était plus de ce monde. Ils avaient raison. Comme nous l’avons révélé hier sur notre site Internet, le cadavre de cette retraitée onésienne, qui avait disparu en février 2015, a été retrouvé lundi en France voisine, à Nantua. Les policiers de la Brigade criminelle, de la Brigade technique et scientifique et de la Brigade canine se sont rendus sur place.

L’étau se resserre autour du voisin de B., un ouvrier portugais arrêté en mars 2015. Ce dernier a été entendu hier dans le bureau du procureur genevois Endri Gega suite à la découverte du corps de la défunte. Selon le Ministère public, le suspect a admis être «à l’origine du décès de la victime». Il évoque, en quelque sorte, un accident. L’ADN du prévenu a-t-il été retrouvé sur le cadavre? Des analyses sont en cours.

En bas d’un précipice

La vérité sur ce crime émerge peu à peu. Le 5 février 2015, la retraitée a retiré 40 000 euros à l’UBS au centre-ville. Elle a tenté ensuite plusieurs fois de contacter son voisin. Elle est parvenue finalement à le joindre à 18 h. C’est le dernier signe de vie téléphonique de B. Sur son calendrier, retrouvé par les enquêteurs, elle avait écrit avoir rendez-vous avec le suspect le lendemain. C’est manifestement lors de cette rencontre que le drame s’est noué.

Lors de son audition d’hier, l’homme a expliqué s’être disputé avec B. dans son appartement. Il aurait poussé la victime, qui serait tombée sur le coin du lit. Une chute qui lui aurait été fatale. Le prévenu a raconté avoir gambergé durant des heures devant le corps sans vie de la septuagénaire. Le lendemain, il a dans un premier temps descendu le cadavre dans le coffre de la voiture de la victime. Il est ensuite parti travailler.

A son retour, il a déplacé le corps qu’il a mis cette fois dans le coffre de son véhicule. Il s’est rendu ensuite en France voisine sur la route qu’il emprunte régulièrement pour aller rendre visite à sa sœur. Là, il a roulé sur un chemin forestier, non loin de Nantua. Il a repéré un précipice et y a jeté la dépouille de la malheureuse. Après avoir fait ce récit, le détenu «s’est excusé et a regretté son geste», explique son avocat Me Eric Beaumont.

Selon les premiers éléments de l’enquête, après les faits, le prévenu avait eu un comportement suspect. Le 7 février, il a amené au pressing une veste, qui ressemblait à celle de B. Le 21 février, vêtu d’un habit fort similaire, il a retiré de l’argent avec la carte de la défunte.

Après être parti plusieurs jours au Portugal, il aurait même mandaté quelqu’un pour effectuer d’autres prélèvements sur le compte de B. à Genève (8000 francs au total), mais aussi pour vider la boîte aux lettres de B. Le 9 février, le chat de la victime a été retrouvé, mal en point, dans le local à poubelles de l’immeuble. Le prévenu avait laissé son ADN sur la caisse vidée et nettoyée du chat, un animal dont il ne s’occupait pas, ainsi qu’au domicile de B.

Lors des perquisitions dans l’appartement du suspect à Genève et dans sa villa au Portugal, la police a saisi des affaires de B.: ses cartes bancaires, ses lunettes qu’elle portait en permanence, selon les enquêteurs, et sa veste. Mais aussi sa sacoche et son porte-monnaie, qu’elle avait lors du retrait des 40 000 euros, et enfin des bijoux de famille «dont elle ne se serait jamais séparée», note la sœur de B.

Depuis la prison, le prévenu aurait en outre prié son ex-femme au Portugal de cacher chez une cousine des objets «non découverts dans un coffre-fort lors de la perquisition».

Des lunettes sur un banc

Le prévenu avait toujours contesté jusqu’à ce jour être le meurtrier. Ce revirement fait réagir Me Lorella Bertani, avocate de la sœur de la B.: «Ma cliente remercie la police et le procureur pour le travail effectué. Elle est sous le choc après avoir vécu deux ans dans l’incertitude.» (TDG)

Créé: 15.03.2017, 14h51

Articles en relation

Aînée disparue à Onex: sa sœur sera plaignante

Justice La défense de l’homme suspecté du meurtre de la retraitée voulait écarter sa parente de la procédure. Plus...

Aînée disparue: La police enquête aux Cheneviers

Enquête La justice refuse de libérer le suspect. Révélations sur les faits à Genève et les saisies au Portugal. Plus...

Aînée disparue: la piste criminelle se précise

Onex Un homme, sous les verrous, est suspecté d’avoir volé, séquestré, voire tué une femme de 73 ans Plus...

Aînée disparue à Onex: nouvelles accusations

Piste criminelle Une ex-amie dit avoir été séquestrée par le prévenu. La police a retrouvé chez lui les lunettes de la disparue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...