Passer au contenu principal

«Aider sans discernement met l’Etat social en péril»

Mauro Poggia constate que les Genevois sont toujours plus nombreux à recevoir une aide de l’Etat. Alors que les comptes publics plongent dans le rouge, il esquisse des solutions prudentes.

Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Santé.
Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Santé.
Olivier Vogelsang

Les Genevois sont toujours plus nombreux à dépendre de l’Etat. Le budget de l’aide sociale a doublé en quatre ans. Plus de 25 000 personnes touchent des prestations complémentaires, leurs revenus propres étant inférieurs aux besoins vitaux. Un habitant sur quatre n’arrive pas à payer seul son assurance-maladie. Et 70% des résidents en EMS se font aider par le Canton. Alors que le gouvernement prévoit un déficit de plus de 200 millions de francs pour la fin de l’année, comment assurer la pérennité d’un système qui voit les rentrées fiscales diminuer et les aides sociales augmenter? Responsable de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Santé, le conseiller d’Etat Mauro Poggia n’entend ni couper dans les prestations ni augmenter les impôts.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.