Passer au contenu principal

Une aide rend les chantiers habités moins pénibles

Les rénovations ou surélévations créent souvent des nuisances pour les locataires. L’État et les SIG offrent un plan pour faciliter la vie des résidents pendant les travaux.

Découverte d’un chantier dans un immeuble situé 66-72, rue de Montchoisy et doté d’environ 80 appartements avec Isabelle Jacobi, architecte de formation qui gère les différents travaux des Rentes Genevoises.
Découverte d’un chantier dans un immeuble situé 66-72, rue de Montchoisy et doté d’environ 80 appartements avec Isabelle Jacobi, architecte de formation qui gère les différents travaux des Rentes Genevoises.
Laurent Guiraud

Les chantiers habités suscitent beaucoup de stress. «Nous vivons un véritable enfer», dénonçaient même les époux Pax, dans nos éditions du 8 février. Leur immeuble de Champel connaît, il est vrai, une vaste réhabilitation, à laquelle s’ajoute une surélévation. Plus récemment, des habitants de Vieusseux ont souffert de travaux… illégaux destinés à aménager des combles («Tribune de Genève» du 29 octobre). Or, le sort des locataires affectés par de tels chantiers pourrait bientôt s’améliorer grâce à la prestation d’assistant à maîtrise d’usage (AMU), initiée en 2017 par l’État et les Services industriels de Genève (SIG).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.