Affaire Sperisen: l’exemple du procès équitable

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le procès Sperisen reprend ce matin à Genève. La base légale qui justifie la poursuite pénale de M. Sperisen n’est pas controversée ou exotique. M. Sperisen jouit des avantages de la nationalité suisse, il doit répondre devant la loi de son pays: or selon notre droit, tout citoyen doit être poursuivi pour les crimes présumés, qu’ils aient été commis ici ou à l’étranger, a fortiori pour des allégations d’assassinats.

C’est comme cela que nous combattons le cancer mondial de l’impunité

Par ailleurs, M. Sperisen, en tant que Suisse, n’est pas extradable au Guatemala pour y être jugé, donc il est naturel qu’il le soit ici. De la même manière, personne ne s’indignerait qu’un Suisse, rentrant d’un voyage en Thaïlande, soit poursuivi si des actes de pédophilie à l’encontre d’enfants thaïlandais lui étaient reprochés.

La seule particularité de cette affaire réside dans le fait que nos juges doivent comprendre des faits qui se sont déroulés loin d’ici. Dans son principe et au-delà de cette affaire, la Suisse – comme plus d’une centaine de pays dans le monde – a souscrit à cette logique et s’est engagée par des conventions à poursuivre sur son territoire les auteurs binationaux de certains crimes graves commis à l’étranger. Et tant mieux! C’est comme cela que nous combattons le cancer mondial de l’impunité. Genève a bâti sa gloire et sa réputation mondiale sur le droit international et les organisations internationales. Nous serions donc mal placés pour nous offusquer de son respect.

La procédure qui reprend ce matin a offert à M. Sperisen toutes les garanties possibles du procès équitable. Ayant été impliqué dans des procédures criminelles sur quatre continents, je sais que beaucoup choisiraient la Suisse pour y être jugé si des accusations graves étaient proférées à leur encontre. L’arrêt du Tribunal fédéral qui a renvoyé l’affaire en procès est la démonstration de cette évidence: notre système juridique offre parmi les meilleures garanties au monde de la tenue d’un procès véritablement impartial.

Pourtant, les avocats d’Erwin Sperisen n’ont cessé de dénoncer un «procès politique» – sans jamais expliquer quel intérêt politique la Suisse trouverait à voir Erwin Sperisen reconnu coupable et s’attachent méthodiquement à discréditer depuis des années l’institution judiciaire genevoise.

Si ces avocats considèrent réellement que la justice est au pas du pouvoir politique de telle façon qu’aucun procès équitable n’est possible, qu’ils osent alors la rupture, qu’ils refusent de servir cette justice, qu’ils conseillent à leur client de ne pas collaborer avec elle, qu’ils sortent du prétoire, ôtent la robe et mènent la lutte dans la rue et dans les médias. M. Sperisen et son équipe juridique n’ont jamais fait preuve d’une telle cohérence mais, au contraire, jouent constamment double jeu: ils participent à la procédure – leur client peut très bien être acquitté – et en même temps préparent la suite avec la complicité étonnante de certains médias – au cas où il serait condamné par la justice. Ils le font par une mise en scène qui mélange l’image de la victime innocente et celle du bon père de famille. M. Sperisen est peut-être un bon père de famille, mais il ne mérite pas de devenir le symbole par excellence de toute l’injustice du monde. C’est un homme accusé de crimes très graves dans une procédure judiciaire complexe qui suit son cours. Il a la chance d’être jugé dans un pays attaché depuis longtemps au respect de la loi et du droit. Qu’il en profite pleinement pour démontrer, le cas échéant, son innocence, et qu’il cesse cette mise en scène médiatique trompeuse qui cherche en fait à instiller puis cimenter dans nos esprits l’impression que la justice chez nous est inéquitable.

Car elle ne l’est pas.

(TDG)

Créé: 16.04.2018, 15h00


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Blocher veut racheter GHI
Plus...