Passer au contenu principal

L’expertise qui sème la discorde dans l'affaire SIG

Le Ministère public suspecte un pot-de-vin par le biais d’une commande d’un livre sans grande valeur, selon l’expert.

Un ex-employé des SIG est prévenu de corruption passive.
Un ex-employé des SIG est prévenu de corruption passive.
Laurent Guiraud

Avis de tempête dans l’affaire des Services industriels de Genève (SIG). L’expert mandaté par le premier procureur Stéphane Grodecki a rendu récemment une expertise sur un livre qui crée d’ores et déjà la polémique.

Rappelons que le Ministère public suspecte un directeur d’une société, jadis partenaire des SIG, d’avoir versé, par l’intermédiaire de son entreprise et dans le cadre d’une commande d’un ouvrage, un pot-de-vin déguisé de 180 000 fr. à l’épouse d’un ex-employé des SIG. Cette somme correspondrait selon un contrat officiel à la rédaction d’un ouvrage sur l’éolien vendu à quelques exemplaires. En particulier au rachat des droits d’auteur du livre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.