Passer au contenu principal

Ramadan: la plaignante déplore «un déni de justice»

La Chambre pénale de recours a reçu cette semaine les doléances des avocats.

Les avocats ont saisi le 3 juillet la Chambre pénale de recours.
Les avocats ont saisi le 3 juillet la Chambre pénale de recours.
Laurent Guiraud (Archives)

Que se passe-t-il dans le volet pénal genevois de l’affaire Ramadan? Pas grand-chose aux yeux des avocats de la plaignante Mes Robert Assaël et Alec Reymond. Ces derniers ont saisi le 3 juillet la Chambre pénale de recours en raison de «l’inactivité et le déni de justice du Ministère public»: «Nous regrettons de constater que plus de 15 mois après le dépôt de la plainte et plus d’un an après l’audition de notre cliente par la police, aucun acte d’instruction semble n'avoir été réalisé: il y a là un déni de justice et une violation de la Convention européenne des droits de l’homme qui doivent être sanctionnés.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.