Affaire Ramadan à Genève: les auditions ont été annulées

JusticeLa plaignante devait être entendue à la fin de février. Huit personnes, dont deux médecins, étaient convoquées en mars.

Tariq Ramadan est visé par une plainte déposée à Genève.

Tariq Ramadan est visé par une plainte déposée à Genève. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que se passe-t-il donc dans le volet pénal genevois de l’affaire Ramadan? Selon nos informations, Brigitte*, la plaignante suisse, devait être entendue par le Ministère public le 28 février en présence, si possible, du prévenu, Tariq Ramadan, et de ses avocats.

Coup de théâtre: la «Tribune de Genève» a appris que cette audience a été annulée cette semaine par le magistrat genevois en charge du dossier. Il en est de même pour celles des huit témoins (cinq femmes, deux médecins et un commerçant), qui étaient agendées dans le courant du mois de mars. Avocats de Brigitte, qui a déposé plainte pour viol au printemps 2018, Mes Robert Assaël et Romain Jordan nous confirment ces révocations de «mandats de comparution». Ils en sont abasourdis: «Nous n’avons même pas reçu une lettre expliquant ces annulations. Face au silence du Parquet, nous allons demander des explications.»

Interdiction de la France

La justice française, qui traite trois autres plaintes pour viol à l’encontre de Tariq Ramadan en France, refuse-t-elle de «prêter» le prévenu à la Suisse? La justice genevoise a-t-elle fait les demandes dans les règles? S’agit-il d’un manque de communication entre les deux instances pénales? Contacté jeudi, le service de communication du Pouvoir judiciaire indique que « le Ministère public a annulé les audiences fixées aux mois de février et mars 2019 pour l’audition de Tariq Ramadan et de plusieurs témoins, les autorités françaises n’ayant pas levé l’interdiction de quitter le territoire dont il fait l’objet. »

Quand sera-t-elle levée? Et à quelles conditions? Mystère. Depuis que le Parquet genevois a décidé d’ouvrir une instruction pénale pour viol et contrainte sexuelle suite à la plainte de Brigitte, le dossier ne semble pas avoir beaucoup avancé. La plaignante suisse, âgée d’une quarantaine d’années, a été entendue le 30 mai 2018 par la police genevoise assistée de Me Jordan: «La plainte a été déposée il y a bientôt une année et la police a travaillé avec rapidité, sérieux et rigueur, relèvent les avocats de Brigitte. Mais depuis l’ouverture de l’instruction pour viol et contrainte sexuelle, rien n’a avancé! Même s’il ne s’agit que d’un report, c’est incompréhensible.»

Lors de son audition à la police, Brigitte accuse l’islamologue d’avoir abusé d’elle en 2008 dans un hôtel à Genève et de l’avoir séquestrée (lire encadré). Arrêté l’an dernier en France, Tariq Ramadan a été inculpé pour viol à l’encontre de deux autres femmes. Me Robert Assaël a rejoint par la suite la défense de la plaignante: «Je n’ai pas hésité une seconde à soutenir cette victime. Je suis impressionné par son courage et touché par sa sincérité.» Pour les deux avocats, «cette situation est insupportable pour leur cliente, qui a brisé le silence et qui aujourd’hui se sent déconsidérée par une conduite aussi décousue de la procédure. Il était probable que la France n’allait pas autoriser Ramadan à se rendre en Suisse, pays dont il a la nationalité et qui n’extrade pas ses ressortissants. Pourquoi ne pas être allé l’interroger en France, ce qui aurait pu être largement fait depuis le dépôt de la plainte?» Le prévenu, âgé de 56 ans, a été libéré sous caution (300 000 euros) en novembre. Présumé innocent, Tariq Ramadan, défendu par Mes Pierre de Preux et Guerric Canonica, conteste les charges pesant sur lui. Rappelons que ces derniers ont sollicité en juin le Ministère public afin qu’il intime à Me Jordan et Assaël de garder le silence au niveau médiatique sur la procédure et les personnes impliquées. Un fait rare. Une requête écartée par le procureur et la Cour de justice. Un recours est pendant au Tribunal fédéral.

«Laver son honneur»

Au lendemain de sa libération, le frère du prévenu, Bilal Ramadan, a témoigné dans nos colonnes: «Tariq pourra enfin se soigner et assurer plus sereinement la suite de sa défense qui s’annonce longue. Nous sommes convaincus qu’il sera innocenté des accusations qui pèsent sur lui et qu’il pourra ainsi laver son honneur.»

* Prénom d’emprunt

(TDG)

Créé: 07.02.2019, 07h02

«J’ai eu peur de mourir»

Les actes, décrits dans la plainte de Brigitte, auraient été commis dans la chambre d’un grand hôtel genevois. La plaignante affirme y avoir été agressée par Tariq Ramadan et avoir été abusée sexuellement durant des heures par l’islamologue. Elle n’a pu s’enfuir qu’au petit matin après une nuit où elle a eu «peur de mourir».

En avril, la plaignante a expliqué dans nos colonnes avoir songé à dénoncer les faits plus tôt, mais y avoir renoncé par peur. Cette femme a finalement fait le pas en voyant d’autres victimes présumées de l’islamologue s’exprimer. L’agression qu’elle a dit avoir subie en 2008 lui a laissé des séquelles, expliquait-elle à la «Tribune de Genève».

Tariq Ramadan est visé par trois plaintes pour viol en France et une plainte pour agression sexuelle aux États-Unis.
F.M.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Trump décrète l'urgence nationale pour construire son mur
Plus...