Passer au contenu principal

Genève Aéroport trace son avenir dans les turbulences

25 millions de passagers en 2030, 40% des émissions polluantes du canton. Les maires riverains se mobilisent.

Une santé éclatante. Genève Aéroport présente une forme du tonnerre placée sous le signe d’une croissance exceptionnelle. Depuis dix ans, à chaque exercice, il annonce de nouveaux records. En 2014, il a encore crevé le plafond avec 15,1 millions de passagers. Mais l’Aéroport s’apprête à traverser une zone de turbulences. Car l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) est en train d’élaborer un Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA). Ce document est capital. Il fixe les futures orientations de l’Aéroport, définit le trafic attendu et permet d’adapter les infrastructures. En clair, l’avenir s’écrit aujourd’hui. Et la question est de savoir qui tiendra la plume.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.