Les acteurs culturels obéiront aux ordres sanitaires

CoronavirusTous les organisateurs d’événements accueillant du public à Genève sont attentifs, mais pas inquiets.

Au Grand-Théâtre, durant la première de l’opéra de Giacomo Meyerbeer mercredi soir, on dénombrait deux masques hygiéniques dans la salle. D’après le chargé de communication Olivier Gurtner, aucune inquiétude n’a été manifestée.

Au Grand-Théâtre, durant la première de l’opéra de Giacomo Meyerbeer mercredi soir, on dénombrait deux masques hygiéniques dans la salle. D’après le chargé de communication Olivier Gurtner, aucune inquiétude n’a été manifestée. Image: PIERRE ABENSUR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jeudi après-midi, festivals, musées, théâtres et opéra genevois dressaient l’oreille, attentifs aux ordres. «Nous guettons les directives des autorités sanitaires cantonales», voilà la réponse du côté des organisateurs et responsables d’institutions accueillant du public en nombre conséquent. Tous ont pour l’heure décidé de maintenir leurs spectacles et expositions.

«J’ai eu le médecin cantonal au téléphone encore mercredi soir, et j’attends», déclare Isabelle Gattiker, directrice du FIFDH, le Festival du film et forum international sur les droits humains, dont la 18e édition doit se tenir du 6 au 15 mars. «Le protocole est clair: nous suivrons les recommandations. Cela étant, notre public est essentiellement genevois, peu de spectateurs viennent de l’extérieur. Quant aux invités, un seul, Chinois, aurait pu poser problème: Pema Tseden, dont le film «Balloon» est en compétition. Il n’est pas question pour lui de quitter la Chine pour venir le présenter à Genève, et nous avons décidé il y a deux semaines déjà de lui donner la parole par skype. En outre, j’ai vérifié: aucun collaborateur ou invité ne s’est rendu en Italie récemment.»

Peu de marge de manoeuvre

A la direction de Voix de Fête, le festival de chanson francophone qui démarre le 16 mars, on adopte la même position attentiste. «Nous prenons cette affaire très au sérieux, souligne Guillaume Noyé, co-directeur et coordinateur, mais nous sommes si près de la date de démarrage du festival que notre marge de manoeuvre du côté des contrats est extrêmement mince.» On imagine bien que l’annulation abrupte de tous les concerts laisserait les organisateurs sur la paille… Une telle décision ne peut donc qu’être motivée par un ordre sans ambiguité des autorités sanitaires. «Nous nous en remettons à l’Etat, car nous ne sommes clairement pas compétents pour juger de la situation», poursuit-il.

Au Grand-Théâtre, où la première de l’opéra de Giacomo Meyerbeer «Les Huguenots» a eu lieu mercredi soir, on dénombrait deux masques hygiéniques dans la salle. D’après le chargé de communication Olivier Gurtner, aucune inquiétude n’a été entendue du côté de la billetterie, dans les couloirs ou au foyer.

Dans un autre genre artistique, le festival de danse urbaine Groove’n’moove, qui se prépare à lancer sa 10e mouture le 5 mars, «ne prend aucune mesure pour l’instant, mais se tient prêt à suivre les recommandations du médecin cantonal», selon les mots de Yordan Osweiller, chargé de communication. Et celui-ci de préciser que la manifestation «ne reçoit aucun artiste italien ni chinois».

«Non, nous ne craignons pas le coronavirus»

Plus proche encore dans le temps, Sonopack, festival qui démarre jeudi soir au Palladium, reste serein face à la menace virale. «Non, nous ne craignons pas le coronavirus car, même si le premier cas a été confirmé jeudi matin, nous sommes confiants que Genève est encore épargné par le phénomène», affirme Patrick Böhling, président de l’Association Cirrus. «Nous sommes en contact depuis le début de la semaine avec les autorités compétentes en la matière afin de mettre en place d'éventuelles mesures, mais à ce jour, aucun dispositif spécial n'est prévu.»

Autres lieux où l’on se côtoie, les bords de scènes. La Cuisine, pavillon éphémère du Théâtre de Carouge en reconstruction, «vient de recevoir des affichettes de prévention» que, précise Marie Marcon, chargée de la communication digitale, «nous allons coller dans différents endroits. Nous allons également nous munir de gels antibactériens», ajoute-t-elle. L’institution s’apprête à recevoir sur scène, dès le 3 mars, la nouvelle création de Jean Liermier d’après Marivaux, «La Fausse Suivante».

A La Comédie, comme au Musée d’art et d’histoire (MAH), aucune précaution pour l’heure, mais on suit l’évolution de la situation de près. Et on appliquera les ordres. Il en va de même au Musée d’ethnographie (MEG), où l’on est, à l’image de Laurence Berlamont, responsable de la communication, «très à l’écoute, mais sans aucun sentiment de stress ni de panique». A noter que le MEG se trouve actuellement entre deux expositions temporaires; seule sa collection permanente est visible pour le public. L’Arena de son côté n’a pas de concert au programme avant le 24 mars. Ce qui laisse à la grande salle de concert le temps de voir venir.

Importance séance de la Ville vendredi matin

La Ville de Genève, dont dépendent administrativement ou financièrement de nombreuses institutions et manifestations culturelles, prend au sérieux l’arrivée du coronavirus. Elle a mis sur le pied de guerre l’ «Organe communal de coordination et de conduite des moyens d’intervention et de soutien des services de la Ville de Genève en cas de situations exceptionnelles survenant sur son territoire», avec réunion vendredi matin à la première heure. «Il s’agit d’un état-major de conduite, qui est le représentant technique de la Ville auprès du Canton», détaille Félicien Mazzola, collaborateur personnel de Sami Kanaan au Département municipal de la culture et du sport. De cette séance devrait découler des recommandations à toutes les institutions vendredi en fin de matinée.

Créé: 27.02.2020, 17h52

Articles en relation

Face au Coronavirus, le Salon de l’automobile fait de la résistance

Epidémie Il n’y a pas de mesures draconiennes. Mais des exposants sensibilisent leur personnel. Plus...

Un premier cas de coronavirus à Genève

Épidémie De retour d'Italie, un homme de 28 ans a été admis aux HUG hier, a appris la «Tribune de Genève». Il se porte bien, affirment les autorités. Plus...

Le patient zéro genevois travaille à l'Aide à domicile à Carouge

Coronavirus Rentré de la Fashion Week de Milan, qui s'est terminée dimanche, l'homme a été mis en observation. Plus...

Avez-vous peur du coronavirus?

Vidéo Nous sommes allés à la rencontre des Genevois pour savoir si l’arrivée du coronavirus à Genève les préoccupe. Plus...

Le DIP annule des voyages scolaires en Italie

Coronavirus Quelques dizaines d'élèves sont concernés. La décision applique une recommandation de l'Office fédéral de la santé publique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...