L’accueil d’urgence apprend à déménager avec succès

SolidaritéOn ferme la Fusterie, on ouvre à la Servette, en profitant de la générosité de l’Église protestante.

Le temple de la Servette accueille désormais les bénéficiaires en quête d'un endroit chaud où dormir.

Le temple de la Servette accueille désormais les bénéficiaires en quête d'un endroit chaud où dormir. Image: Google Street View

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Accueil inconditionnel et tournant. Il l’est deux fois. Le DDN (pour Dispositif de nuit) fait voyager dans la ville. Ceux qui en sont les bénéficiaires connaissent déjà cette itinérance urbaine: la rue condamne à changer d’adresse. Quatre sleep-in, donc, répartis entre chaque rive depuis maintenant six semaines, à l’initiative du Collectif d’associations pour l’urgence sociale (acronyme: CAUSE, en lettres capitales).

Le dernier en date vient d’ouvrir au Quai 9, à l’attention des personnes usagères de drogues. Ici comme ailleurs, des lits de camp, des boissons chaudes, une écoute et une bienveillance assurées par des professionnels de cette cause-là. Des travailleurs sociaux, sous contrat, salariés, et non pas des collaborateurs choisis sur une base volontaire. La veille active, du soir au petit matin (horaires des lieux dormants: 21 h-7 h 30), exige du métier et une solide expérience du terrain. Sans compter, justement, la capacité à fermer un endroit pour en ouvrir un autre le lendemain, dans la continuité, sans rupture de prestation.

C’est le cas de l’équipe qui œuvrait jusqu’à la semaine dernière au temple de la Fusterie. Cet espace du centre-ville est d’abord destiné aux activités culturelles. Une exposition était programmée. Son montage n’a chassé personne, c’était prévu. Repli sur la Rive droite, au temple de la Servette, sis au 55, avenue Wendt.

Les bénéficiaires ont suivi le mouvement: ils étaient à nouveau une quarantaine dès le premier soir. Au total, près de 120 personnes profitent chaque nuit de cet hébergement mis en place, en comptant celui réservé aux femmes, à la rue Verdaine. Lequel – bonne nouvelle – pourra être exploité dans la continuité jusqu’au 31 décembre.

Le sleep-in installé à la fin du mois de juillet au temple de Châtelaine s’apprête en revanche à déménager lui aussi. Ses murs ne résistent pas au froid de la nuit. Protection thermique d’un autre âge, le chauffage a son coût. La générosité hébergeuse de l’Église protestante de Genève oblige à composer avec les agendas de chacune des paroisses.

Les lieux de repli provisoire ont leur propre vie locale. Les bonnes volontés se parlent, avant d’identifier ensemble une nouvelle adresse à investir nuitamment. Le DDN, on le rappelle, a son antichambre, une Halte de nuit, opérationnelle depuis le lundi 2 septembre aux Acacias dans cette salle en entresol de la rue du Grand-Bureau, gérée la journée par le CARÉ, un lieu de vie qui, depuis quarante ans, accompagne des adultes en situation d’urgence sociale.

Ici aussi, du monde et des équipes très engagées. L’été indien est un faux ami: les journées sont chaudes, les nuits beaucoup moins.

Créé: 15.09.2019, 16h15

Articles en relation

Des lits de camps et un accueil à l’année pour les sans-abri

Genève Pour faire face à l’urgence, un collectif d’associations ouvre des «sleep-in». L'église protestante met à disposition ses temples. Plus...

À peine ouverte, la Halte de nuit démontre sa nécessité

Précarité L’élan de solidarité suscité par ce lieu d’accueil nocturne aux Acacias est assez unique. Première visite. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...