Aux abords de la Migros fermée, c’est le désarroi

Quartier de la ServetteClients, habitants et commerçants découvrent l’étendue de cette place sinistrée. Témoignages au petit matin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les clients du matin sont des clientes, des retraitées du quartier de la Servette ayant pour habitude de faire leurs courses à la Migros dès l’ouverture. Elles se font cueillir à froid par un panneau d’avertissement empilant les mauvaises nouvelles. «Fermeture exceptionnelle», écrit en orange, dans le respect des couleurs de la maison.

Pour combien de temps? «Durée indéterminée». Motifs? «Raisons techniques». Commentaire à chaud d’une vieille dame, encourageant ses copines à ne pas s’éterniser sur le trottoir: «L’immeuble va s’écrouler.»

Compte à rebours

Il tient debout, ce jeudi matin à l’aube. A l’intérieur, il est même très animé. Les employés s’affairent à huis clos, dans une ambiance de braquage au rayon fruits et légumes. Pour eux, le compte à rebours a commencé. On leur a donné 48h pour tout débarrasser, faire table rase de cette marchandise qui, la veille au soir encore, remplissait les rayons. Où iront les deux lapins frais qui faisaient la paire sur l’étal de la boucherie? Et la marée du jour, stockée dans les congélateurs?

Le poissonnier ne dit mot, respectant à la lettre les consignes de la direction qui, mercredi à 19h, a informé les salariés qu’ils allaient, du jour au surlendemain, perdre leur adresse de travail, mais pas leur emploi.

Des cabinets à la pelle

À la rue de la Servette, entre les allées 89, 91 et 93, on délocalise à grande échelle. Une séance de crise, tenue mercredi soir dans un établissement public de la rue Lamartine, a informé locataires et commerçants de la mauvaise nouvelle. Cela concerne beaucoup de monde. Des cabinets à la pelle – podologue, physiothérapeute, opticien, coiffeur, sans compter un «consulat royal», celui de Thaïlande – cohabitent dans l’allée du 91. Ils vont devoir partir.

Quand? «On nous a donné jusqu’à jeudi 10 octobre pour quitter les lieux, déclare un participant à cette réunion extraordinaire. En nous précisant que, si on pouvait vider nos locaux avant, c’était encore mieux.» Place sinistrée, donc. Les mines sont raccord avec la tuile qui vient de tomber d’un chantier à l’arrêt.

«Pourquoi avoir voulu surélever un immeuble dont la dalle portante présentait des risques d’effondrement», se demande la dame au caddy vide, avant de monter dans le tram pour se rendre à la Migros de Balexert. Elle repart sans obtenir le début d’une réponse.

Colère et inquiétude

Les commerçants impactés, eux, donnent de la voix. « On ne reloge pas un café et ses clients dans une chambre d’hôtel. Moi, je perds tout, lance l’un d’eux. Je paie mon loyer depuis 15 ans, j’ai un fonds de commerce, une clientèle fidèle malgré les travaux pénalisants, c’est mon gagne-pain qui part en fumée.»

Son voisin renchérit: «On va devoir se battre pour conserver notre bail, pour obtenir des propriétaires l’assurance de pouvoir réintégrer les futurs locaux qui seront construits au même endroit. Or, les avocats, ça coûte cher. Les décideurs de crise ne semblent pas, pour l’heure, faire la différence entre un commerçant et un habitant.» Désarroi partagé.

Écrans noirs

Juste à côté, à l’angle de la rue Wendt, le désagrément majuscule s’exprime de façon plus discrète. Sur la porte figée du Mc Donald’s, un simple écriteau: «Le restaurant est fermé.» A l’intérieur, des écrans noirs, des tiroirs-caisses vides et du matériel de nettoyage. « Il y a eu le feu la nuit dernière?», questionne une habituée éconduite. Oui, madame, mais sans flammes ni fumées.

Le sinistre qui vient de se déclarer à la Servette ne se règlera pas d’un coup de lance à eau. La kiosquière qui jouxte la Migros ficelle en silence sa dernière revue de presse. «Demain vendredi, je ferme ma boutique», conclut-elle, le visage triste, ébloui par un soleil agressif.

Créé: 03.10.2019, 10h46

Articles en relation

Reportage dans une Migros qui doit fermer en urgence

Insolite Le gros bâtiment des 89, 91 et 93, rue de la Servette présente des problèmes de structure. Émotion dans le quartier, privé du jour au lendemain de son enseigne la plus populaire. Le McDonald's doit également fermer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...