Passer au contenu principal

Aux abords de la Migros fermée, c’est le désarroi

Clients, habitants et commerçants découvrent l’étendue de cette place sinistrée. Témoignages au petit matin.

Jeudi matin, des passants s'arrêtent devant les vitrines de l'enseigne fermée.
Jeudi matin, des passants s'arrêtent devant les vitrines de l'enseigne fermée.
Laurent GUIRAUD
Jeudi matin, des passants s'arrêtent devant les vitrines de l'enseigne fermée.
Jeudi matin, des passants s'arrêtent devant les vitrines de l'enseigne fermée.
Laurent GUIRAUD
Ce mercredi à 19h, la fleuriste de la Migros range ses présentoirs sur roulettes installés durant la journée sur la rue de la Servette. Elle ne sait pas encore que le magasin ne rouvrira pas jeudi. Le parc à caddies va lui aussi devoir déménager. De son côté, le voisin McDonald's met la clé sous la porte.
Ce mercredi à 19h, la fleuriste de la Migros range ses présentoirs sur roulettes installés durant la journée sur la rue de la Servette. Elle ne sait pas encore que le magasin ne rouvrira pas jeudi. Le parc à caddies va lui aussi devoir déménager. De son côté, le voisin McDonald's met la clé sous la porte.
Georges Cabrera
1 / 13

Les clients du matin sont des clientes, des retraitées du quartier de la Servette ayant pour habitude de faire leurs courses à la Migros dès l’ouverture. Elles se font cueillir à froid par un panneau d’avertissement empilant les mauvaises nouvelles. «Fermeture exceptionnelle», écrit en orange, dans le respect des couleurs de la maison.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.